40 TUEURS (1957)

rueducine.com-40-tueurs-1957FILM DE : Samuel Fuller
TITRE ORIGINAL : Forty guns
PAYS : USA
GENRE : Western
AVEC : Barbara Stanwick, Barry Sullivan, Dean Jagger, John Ericson, Gene Barry, Robert Dix, Paul Dubov, Hank Worden…
MUSIQUE : Harry Sukman

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Cochise County en Arizona, le marshall fédéral Griff Bonnell secondé par ses frères Wes et Chico vient pour arrêter Swain un bandit qui a attaqué la malle-poste. Mais Swain fait partie d’une bande de pistoleros menée par une femme à poigne Jessica Drummond. Mais Griff Bonnell a affaire au frère de Jessica Drummond, Brockie, qui a tiré sur le vieillissant shérif de la ville. A peine incarcéré, Jessica fait intervenir le juge qui fait relâcher Brockie contre une amende de 50 dollars pour la casse occasionnée. Un affrontement larvé va s’opérer entre les frères Griff et les quarante outlaws…

CRITIQUE : Le film vaut pour sa réalisation. Quelques plans inspireront les réalisateurs. Notamment un gros plan sur les yeux de Griff Bonnell dont Sergio Leone saura sublimer les effets. Et aussi un plan d’une femme vue à travers le canon d’un fusil annonce les génériques de la saga des James Bond. Samuel Fuller s’annonce ainsi comme un réalisateur inspiré et parfois iconoclaste. Quant à ce western il est d’excellente facture et passionne le spectateur de bout en bout. Les deux interprètes principaux sont très bons Barbara Stanwick parvient à faire oublier son âge dans ce rôle de femme à poigne.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Le shérif fou d’amour pour Jessica Drummond et qui s’est compromis dans un guet-apens contre Griff Bonnell, est éconduit, par la belle d’un chèque. Quelques minutes plus tard son corps est retrouvé pendu par Griff et Jessica dans la maison de Jessica.

NOTE : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Année faste pour Samuel Fuller qui tourne trois film cette année 1957, « China gate » et « Le jugement des flèches« . Il tourna « 40 tueurs » en 10 jours

FILMS DE Samuel Fuller DEJA COMMENTES :