rueducine.com-a-bout-portant-1964
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Deux tueurs à gage, Charlie et Lee, arrivent dans un institut pour aveugle. Ils cherchent un certain Johnny North. Ils menacent la réceptionniste pour lui extorquer les renseignements, puis en sortant l’enferment dans son bureau. Quand ils atteignent la salle où North donnent des cours celui-ci qui a compris que son destin s’arrêtait là interrompt le cours et ne cherche pas à fuir.  Le travail achevé, la facilité avec laquelle ils ont retrouvé leur victime et sa réaction face à ses tueurs, interroge Charlie. Ils se demande ce que cache réellement ce contrat et décide d’en savoir un peu plus…

rueducine.com-a-bout-portant-photo (2)

CRITIQUE

Remake du film noir de Robert Siodmak « Les tueurs » (1946) avec Burt Lancaster et Ava Gardner. Sur un mode mineur. Mais en couleur! principal argument de vente du film lors de sa sortie, avec le fait que le film soit tiré d’une nouvelle d’Ernest Hemingway.

Le film est comme son aîné basé sur le récit croisé des témoins qui finissent par donner une compréhension au récit et l’abnégation face à la mort de Johnny North.

Le véritable changement est le rôle féminin tenu par Angie Dickinson beaucoup plus présent à l’écran et plus manipulateur. Genre de quintessence de la femme fatale.

Le film contient des accès de violence qui relèvent la sauce. Ainsi qu’une préparation d’un braquage de fourgon puis le braquage lui-même très réussis.

rueducine.com-a-bout-portant-photo (3)
Don Siegel et son scénariste Gene L. Coon s’égarent dans le milieu de la course automobile. Les scènes de course de voitures ne sont pas vraiment palpitantes, et les moyens manquent obligeant le réalisateur à faire appel au vieux trucage de la transparence (un paysage défile dans les vitres d’une voiture en studio).

John Cassavetes est meilleur dans les scènes d’action que dans celles avec Angie Dickinson. En ce qui concerne la prestation de Ronald Reagan, sans être mémorable elle est solide.

Le film vaut pour la prestation des deux tueurs Lee Marvin et Clu Gulager et la fin du film. Noire. Très noire.

La musique de John Williams est trop présente et colle assez mal au genre.

 

rueducine.com-a-bout-portant-photo (5)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène finale dans laquelle Lee Marvin montre l’étendu de son talent, qui est vaste, dans le registre du thriller.

L’ANECDOTE

Dernière apparition au cinéma de Ronald Reagan (1911-2004) qui va intensifier sa carrière politique et briguer le fauteuil de gouverneur de Californie pour lequel il sera élu  en 1966 pour prendre ses fonctions le 2 janvier 1967. Nous savons qu’il sera aussi élu à la présidence des Etats-Unis en novembre 1980 pour prendre ses fonctions le 20 janvier 1981, être réélu en 1984 et quitter la Maison Blanche en 1989.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *