rueducine.com-belles-de-l-ouest-1994
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Années 1880, Echo City dans le Colorado, Anita, prostituée dans un saloon dont le bordel est à l’étage est molestée par un homme qui devient de plus en plus violent. Cody qui veille au grain prévient le client que s’il continue il va lui en cuire. Celui-ci devient encore plus violent, Cody l’abat d’une balle. Elle est aussitôt arrêtée et promise au lynchage. Mais ses trois amies Anita, Eileen et Lily lui viennent en aide et lui permettent d’échapper à la mort par pendaison. La veuve de l’homme abattu engage l’agence Pinkerton aux trousses des femmes…

rueducine.com-belles-de-l-ouest-photo (3)

CRITIQUE

Pourquoi ce western ne fonctionne-t-il pas comme il le devrait? Pourtant les ingrédients sont là. Quatre belles amazones pourchassées, un méchant très malintentionné envers elles, un trafic d’armes, et des coups de feu en veux-tu en voilà? Pourtant il y a comme du mou dans la corde à nœuds.

Tout d’abord le scénario accumule des personnages sans intérêt comme le jeunot McCoy qui plus est interprété par un très fade Dermot Mulroney qui n’apporte pas grand chose et disperse son film. Ensuite les scénaristes se sont contentés d’enfiler les scènes comme des perles et oublient de mettre du liant et de la psychologie.

Jonathan Kaplan qui a tourné le très bon « Accusés » (« The accused« ) (1988) et le formidable « Love Field » (1992) semble avoir désappris. Il accumule les ralentis inutiles, et tente de faire de ses superbes 4 femmes des hommes. Grosse erreur!

Dommage pour Madeleine Stowe et ses consœurs qui donnent de leur personne pour le film.

Cela fait donc un western de plus noyé dans la masse, il aurait été plus judicieux de faire de ses héroïnes des femmes plus fines et moins hommasses qui vainquent le méchant avec des armes autres que la winchester, la dynamite et la gatling.

Jerry Goldsmith signe quant à lui un bon soundtrack avec une petite mélodie déclinée.

rueducine.com-belles-de-l-ouest-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’ouverture du film avec la mort du client indélicat. C’est ce qui est le plus réussi.

L’ANECDOTE

Échec critique retentissant et échec public relatif.

NOTE : 10/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *