Synopsis

Maxime est le propriétaire d’une concession d’automobiles de luxe. Les affaires marchent bien. Il y a bien Simon son associé qui magouille un peu mais Maxime laisse filer. Ce soir il reçoit une récompense de la chambre de commerce pour ses résultats. Mais Simon lors de la soirée reçoit la visite de types louches qui lui réclament de l’argent pour leur avoir vendu des voitures défectueuses. Simon leur répond qu’il n’a pas d’argent, le lendemain il est assassiné par les mafieux. Le corps de Simon est découvert à bord de sa voiture. Maxime reçoit un appel lui réclamant l’argent que Simon doit. Mais Maxime refuse de payer. Il ne veut pas payer pour des magouilles dont il ne connaît rien…

CRITIQUE

Ce thriller est original car il se base sur une solidarité familiale qui d’apparence n’est pas évidente et qui s’avère en fait catastrophique.

Les trois frères accumulant les bourdes qui les enfoncent dans une situation intenable face à un gang finnois déterminé. Maxime doit gérer ses frères un peu pieds nickelés de la magouille, il doit gérer ses mensonges à sa femme, ainsi que la violence des truands.

Si le film est plaisant à regarder : le trio de frangins vaut le détour, le scénario nous envoie vers des scènes qui manquent de crédibilité. Comme par exemple trois coups de feu tirés dans un parking, qui, étrange, n’attire l’attention de personne. Pire! Un véritable échange de coups de feu dans le chenil des frères de Maxime. Là non plus personne ne bouge…

Ce qui est particulièrement intéressant dans ce film ce sont les mauvais choix que font les 3 frères à chaque décision et qui les entraînent dans une spirale de violence infernale. Christophe Blanc rend bien ce côté de perversion psychologique des personnages.

Enfin le film (rareté du cinéma français) s’achève en Finlande dans une vaste étendue neigeuse qui permet au réalisateur de faire une fin originale et esthétiquement réussie.

Si l’on excepte Louise Bourgoin qui est toujours aussi mal à l’aise devant une caméra (cf « Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec« ), la distribution est plutôt de grande qualité.
Bien sûr François Cluzet est impérial.
Mais Olivier Gourmet et Jonathan Zaccaï sont aussi très bons en loosers magnifiques.
La distribution finnoise est surprenante.

Si l’on aime le genre ce film est à voir.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La mise en scène du meurtre de Simon en accident. Tout d’un coup on voit une voiture pilotée par un finnois quitter la route pour emboutir un arbre, on se demande ce qu’il se passe.

L’ANECDOTE

Christophe blanc dans le film « Le rôle de sa vie » (2003) de François Favrat a joué le rôle… d’un réalisateur.

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 8 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *