Synopsis

Virginie, années 1950, Blaze, jeune femme plantureuse, quitte la ferme natale pour exercer ses talents de chanteuses. Dans le sud. Mais ce sont plutôt ses formes généreuses qui intéressent les patrons de boites qui préfèrent la voir en tant qu’effeuilleuses plutôt que chanteuse. Sans parler de ceux qui veulent profiter de leur ascendant pour coucher. Blaze fuit pour aller à la Nouvelle Orléans. Mais là aussi elle officie en tant que strip-teaseuse dans une boite du quartier français. Un soir débarque pendant que Blaze émoustille le public masculin, le gouverneur de Louisiane Earl Kemp Long qui est subjugué par la beauté de cette rouquine…

CRITIQUE

N’allez pas croire ce que vous raconte le film, bien qu’il soit basé sur le mémoires de Blaze Starr publiées en 1974.
Le biopic est hautement fantaisiste.

Reste que si le film est très éloigné de la vie de Earl Kemp Long, l’entertainment demeure.

Il est assuré par le métier de Paul Newman et par le charisme de Lolita Davidovich.
Le premier joue admirablement une espèce de politicard qui vit de mensonges électoralistes et de clientélisme dans une Louisiane où la minorité noire commence à pousser pour obtenir de nouveaux droits.

Lolita Davidovich ne joue pas les nunuches. Bien au contraire! Et c’est ce qui sauve son personnage.

Ron Shelton qui n’a pas une filmographie des plus brillante (excepté le superbe « Dark Blue » tourné en 2003) tente de s’appliquer avec son scénario très édulcoré et fantaisiste.

La reconstitution des années 1950 est assez réussie et les paysages de Louisiane… ne sont pas tournés en Louisiane mais dans le Tennessee.

La musique de Bennie Wallace est assez transparente.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Mis à une retraite forcée, Earl Kemp Long vit retiré à la campagne avec Blaze. Jusqu’au jour ou un de ses anciens collaborateur politique arrive chez lui pour l’inciter à se présenter à de nouvelles élections. Mais il veut se faire désirer et fait celui qui préfère sa maison et son jardin à la politique. Quand devant sa tondeuse qui ne veut pas démarrer, il va chercher son fusil et tire sur l’engin récalcitrant.

L’ANECDOTE

Co-auteur du scénario de « Under fire » (1983) de Roger Spottiswoode, il signe son deuxième long métrage après la bluette « Duo à trois » (« Bull Durham« ) (1988) avec Kevin Costner, Susan Sarandon et Tim Robbins.

NOTE : 11/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *