rueducine.com-le-bon-la-brute-et-le-truand-1966
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Trois hommes Blondin, Tuco et Sentenza sont à la recherche d’un trésor durant la guerre civile américaine. Chacun connaît une partie de l’énigme pour atteindre le trésor. Il faut en réunir tous les morceaux pour atteindre le cimetière de Sad Hill et la tombe sans nom à côté de celle de Arch Stanton. Au gré des opportunités, et des péripéties, les alliances seront bouleversées tout au long de leur quête. L’exacerbation des trahisons et des rivalités auront leur dénouement au cimetière.

CRITIQUE

Sergio Leone maîtrise parfaitement sa propre grammaire cinématographique. Une ouverture énigmatique et silencieuse, une musique splendide qui varie selon les personnages, des gros plans de parties de visages qui annoncent la mort, des dialogues minimalistes et ponctués d’humour morbide et de longues scènes sans dialogue.

« Le bon, la brute et le truand » entre dans la légende du western italien et bouscule une vision de l’ouest américain glamour. La force d’un tel film, c’est qu’il est inoubliable tellement il sort des sentiers tracés par le western américain. Sans cependant s’opposer à son aîné mais en poussant l’hommage à son paroxysme de violence et de cynisme.

Ici pas de bataille entre le bien et le mal. Les trois héros sont des salopards de premier ordre. Et chacun à tour de rôle prend la main du récit plusieurs fois. Le spectateur se trouve donc sur un terrain instable où les cartes sont rebattues incessamment. Ce qui fait la différence principale dans l’écriture des personnages par rapport au western américain fait d’archétypes de bons et de méchants qui évoluent chacun parallèlement. Alors que dans le western italien le bon peut devenir méchant, les alliances changent au gré des intérêts, et « les bons »  ont souvent un côté obscur qui peut surgir à tout moment.

Ennio Morricone signe une fois encore une grande musique pour son ami Sergio Leone. Le travail en amont sur scénario permet effectivement au maestro et à Sergio Leone de faire un gros travail sur la mise en musique du film. Sergio Leone plus tard en forme d’hommage à son musicien dira qu’Ennio Morricone est co-scénariste de ses films car sa musique influence l’écriture et la mise en scène.

Ecrit avec Age & Scarpelli (vite écartés pour incompréhension sur la vision du western selon le maestro). au profit de Luciano Vincenzoni et Sergio Donati, c’est le premier chef-d’œuvre de Sergio Leone. Et il ne lui reste plus que trois films à réaliser!

Clint Eastwood plus taciturne que jamais, Lee Van Cleef plus inquiétant que jamais sont géniaux et c’est Eli Wallach avec son personnage plus picaresque que jamais qui emporte le morceau et vole la vedette aux deux autres.
Sur la musique de Morricone la quête de Tuco de la tombe renfermant le trésor est un sommet du septième art.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La fin du film est richissime on notera surtout l’arrivée de Tuco dans le cimetière de Sad Hill avec une illustration sonore tonitruante et géniale en forme de degüello à l’italienne.

L’ANECDOTE 

Ce film a subi des grosses coupures pour être distribué aux États-Unis et en Europe dans une durée de 2h40. Excepté en Italie où il a été vu dans sa version intégrale avec 17 minutes de plus.

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 23 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *