Synopsis

Région parisienne années 1980, deux détenus Serge et Mickey s’évadent au milieu de la nuit. Pendant leur fuite ils sont pris en chasse par une voiture de police. Mickey choisit de les affronter et tue un des policiers. Ils sont emmenés par leur complice dans un traquenard dans lequel Serge est grièvement blessé. Serge indique à Mickey l’adresse d’un ami. Mickey l’amène chez Noël Durieux ex truand rangé des voitures. Il possède un haras et a épousé Nicole une jeune et belle femme. Mais Mickey est ingérable, et Noël après avoir accueilli Serge moribond, fout Mickey à la porte. Cependant il avait promis de les aider à quitter le territoire. Or Mickey compte sur Noël pour l’aider à sortir de sa cavale. Pendant ce temps un vieux flic à deux mois de la retraite et un jeune inspecteur avide de résultats mènent l’enquête…

rueducine.com-le-choix-des-armes-photo (2)

CRITIQUE

Alain Corneau avant un silence de trois ans pour préparer et tourner « Fort Saganne » (1984) tourne à mon avis son meilleur film policier.

Plus d’ailleurs par sa distribution absolument admirable que pour le scénario qui sacrifie le côté policier pour le thriller.

Alain Corneau confirme avec ce film que ce genre lui va comme un gant.
Un genre qui va plutôt lui échapper plus tard avec des ratés comme « Le môme » (1986) et le remake inutile du film de Jean-Pierre Melville « Le deuxième souffle » (2007).

Le scénario est signé Michel Grisolia écrivain et critique de cinéma qui s’est fait connaître en tant que scénariste du film de Georges Lautner avec Jean-Paul Belmondo, « Flic ou voyou » (1979) issu de son livre « L’inspecteur de la mer ».
Si l’écriture qui tourne autour des personnages de Noël et Mickey est superbe, c’est moins le cas pour tout ce qui touche à la police. On a un peu de mal à comprendre les (non) agissements de celle-ci, ainsi que la mise en oeuvre de l’enquête.
Si les flics tombent très vite sur Noël Durieux, incompréhensiblement l’enquête patine.

Alain Corneau maîtrise parfaitement son film et l’alternance des temps forts et temps faibles. Les montées de violences sont plutôt soudaines la plupart amenées par le personnage de Mickey.

rueducine.com-le-choix-des-armes-photo (6)
L’intérêt du film vient de la fatalité du destin qui semble être la marque de fabrique du réalisateur comme dans « Police python 357 » ou « La menace« . Dans ces films le personnage principal tente de modifier les événements, mais à chaque fois un malentendu, une mauvaise interprétation, un élément inattendu, enfoncent le personnage vers un destin destructeur et inéluctable.

Les petits défauts scénaristiques sont balayés par l’interprétation magistrale d’un Yves Montand, celle hallucinée d’un Gérard Depardieu imprévisible et physiquement impressionnant.
Catherine Deneuve n’est pas de reste et son personnage de Nicole femme d’ex gangster qui voit le passé de son mari revenir dans leur foyer comme une tornade dévastatrice est réellement touchante. De plus en 1980 l’actrice est dans le splendeur de sa beauté.
Michel Galabru trouve aussi un de ses rares rôles dramatiques où il s’avère bon et hélas sous utilisé dans le cinéma.
C’est aussi l’occasion de voir Gérard Lanvin dans son premier polar genre dans lequel il installera sa renommée. Ici il n’est guère à son avantage.

Bonne musique de Philippe Sarde qui donne une atmosphère de jazz rugueux.

 

Ce film est recensé dans la page : LE FILM POLICIER ET LE THRILLER FRANÇAIS DE 1945 à 2015.

 

rueducine.com-le-choix-des-armes-photo (3)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’attaque de la banque vue de l’extérieur. Dans la rue on entend les coups de feu quand en sort Mickey hagard… Magnifique scène d’ouverture.

L’ANECDOTE

C’est Pierre-William Glenn qui a éclairé le film avec un grand talent. Il s’est lancé dans la réalisation avec moins de bonheur.  Il nous a gratifié d’un improbable « Terminus » (1987) avec Johnny Halliday.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 18 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *