rueducine-com-le-corsaire-rouge-1952
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Mer des Caraïbes, le capitaine Vallo pirate connu sous le nom de corsaire rouge vient de capturer un bateau de sa majesté. A son bord le baron Gruda venu pour mater la rébellion sur l’île de Cobra avec à sa tête un certain « El libre ». Le capitaine Vallo a l’intention de revendre sa prise au meneur des rebelles…

rueducine-com-le-corsaire-rouge-poster-2

CRITIQUE

Film de pirates mineur mais avec beaucoup de rythme, de comédie et d’inventions farfelues. La fin du film étant un must dans le genre folie douce.

Le duo Burt Lancaster-Nick Cravat est une vraie réussite. Ces deux là ce sont connus dans leur jeunesse dans les années 193o où ils faisaient les acrobates avant de travailler pour le cirque des Kay brothers. Nick Cravat qui a un accent à couper au couteau joue un rôle muet. Les deux acteurs multiplient les numéros physiques.

Robert Siodmak et Burt lancaster se connaissent bien. Ils ont tourné deux films noirs anthologiques « Les tueurs » (1946) et « Pour toi j’ai tué » (1949). Mais ici Siodmak change d’horizons et se lance dans le film de piraterie en technicolor avec de grands éclats de rire.

Si le scénario issu d’un second scénariste, est fantaisiste tout en conservant les bases du genre des films de pirates, il faut quand même avouer que parfois il est un brin laborieux. Reste que « Le corsaire rouge » est un film agréable avec un bon rythme et quelques bons gags. Le côté piraterie (abordages, et vie maritime) est lui un peu en berne.

La musique de William Alwyn orne le film d’une belle fantaisie.

 

rueducine-com-le-corsaire-rouge-poster-3

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La scène du bateau retourné sur les trois fugitifs qui tentent de fuir la garde royale. Scène qui rappelle les dessins animés. La musique de William Awyn colle magnifiquement aux images.

L’ANECDOTE

Le premier scénariste Waldo Salt est écarté du film car il est soupçonné de sympathie avec le communisme après un refus de témoigner en 1951 devant une commission maccarthyste.
La chasse aux sorcières l’éloignera des studios de cinéma pendant une dizaine d’années. Il parvient à vivre en écrivant des scénarios de série télévisées comme « Les aventures du colonel March » et « Ivanhoé ».

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *