Synopsis

Joe Martin donne des leçons de pilotages de bateaux à moteur dans un petit village français des bords de la Méditerranée. Il a une femme et une fille. Il mâne une vie paisible jusqu’au jour où un homme s’introduit dans leur maison. Il s’agit d’un certain Withey ancien camarade de régiment des troupes américaines en RFA (République Fédérale d’Allemagne). Joe, Whitey et quelques autres ce sont évadés d’une prison militaire. Mais durant l’évasion un des hommes nommé Katanga a tué un policier allemand. Joe s’est enfui laissant sur place ses ex copains d’évasion n’ayant pas apprécié la tournure des choses…

rueducine.com-de-la-part-des-copains-photo

CRITIQUE

Terence Young qui est un habitué du film d’action nous entraîne ici dans un thriller un tantinet longuet sans réelle montée de climax et avec des invraisemblances en veux-tu? en voilà! qui finissent par lasser le spectateur.

Terence Young pantoufle dans sa réalisation, et nous sort du chapeau une scène poursuite automobile dans l’arrière pays niçois qui n’en finit plus.
Il faut dire que le scénario n’est pas non plus folichon. Et le flash-back sur les événements du temps où le héros était militaire est complètement raté.

Manque d’audace, manque d’action, manque de conviction dans la réalisation, le film patine pendant une 1h30.

Le casting n’y peut mais.
Charles Bronson fait de son mieux.
James Mason tente de sauver un personnage sacrifié dans son écriture.
Liv Ullman n’est pas très convaincante.
Jill Ireland joue un personnage beaucoup plus sage et bien moins cruel qu’il n’est présenté.
Seuls Michel Constantin et Jean Topart tirent les marrons du feu.

Reste la musique de Michel Magne qui est peut-être le seul intérêt du film, sans qu’elle atteigne non plus des sommets mélodiques.

 

rueducine.com-de-la-part-des-copains-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’explication entre Joe et Whitey dans la cuisine de la maison de Joe. Seule bonne scène du film dans sa construction et sa tension.

L’ANECDOTE

Terence Young est connu pour ses réalisations des deux premiers James Bond « James Bond 007 contre Dr No » (« Dr No« ) (1962) et « Bons baisers de Russie« , (« From Russia with love« ) (1963). Il a aussi tourné le western international « Soleil rouge » (« Red sun« ) (1971).

NOTE : 08/20

Video & Photo

1 videos 16 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *