Synopsis

Un clochard (de nos jours on dit SDF c’est plus chic…sûrement que ça doit moins puer) suite au suicide d’un policier du pont où il  réside, met la main sur son uniforme. Il se rend au commissariat pour signaler le fait. Mais il est foutu à la porte. C’est alors qu’il voit par la vitrine donnant sur la rue la cantine du commissariat. Pour y accéder il vêt l’uniforme du suicidé. Et finit par se prendre pour un policier…

rueducine.com-enfermes-dehors-albert-dupontel

CRITIQUE

Comédie foutraque dont seul Albert Dupontel a le secret.

Fable sociale mais sans « message » juste une naïveté tellement désarmante que l’on ne peut que rire des déboires de ce clodo devenu flic par concours de circonstance et qui confond maintien de l’ordre des choses avec  remettre dans l’ordre des choses.

Le voici donc à sauver la veuve et l’orphelin, les faibles contre les puissants à grands coups de quiproquos et délires dignes de Tex Avery.
Une chose est certaine dans un film d’Albert Dupontel la distribution ne pantoufle pas. C’est physique voire acrobatique! Dupontel le premier donne de sa personne.

rueducine.com-enfermes-dehors-claude-perron
Le scénario est parfois un peu trop survolté et ruine la crédibilité du film.

Sur le plan de la réalisation le film m’a semblé encore perfectible. A mon avis beaucoup trop d’effets de caméras pas si utiles (je pense aux accélérés, aux zooms speedés qui à mon avis surchargent  trop le contenant alors que le contenu est déjà bien roboratif.

Pour ma part j’estime qu’il y a quelques scènes pas vraiment réussies comme celles à l’hôpital avec le capitaliste alité.
Les acteurs qui entourent l’acteur-réalisateur sont pour la plupart formidables.
Serge Riaboukine une fois de plus fait un grand numéro. Et Nicolas Marié acteur fétiche d’Albert Dupontel est lui aussi formidable.

La musique est purement illustrative comme pour les dessins animés.

rueducine.com-enfermes-dehors-helene-vincent-roland-bertin

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

A la cantine du commissariat de police, un flic prend une sainte colère parce qu’un homme qu’ils soupçonnent de malversations et magouilles en tous genres est élu businessman de l’année par un hebdomadaire. Serge Riaboukine impérial.

L’ANECDOTE

Albert Dupontel a réussi à débaucher deux ex Monty Pythons : Terry Jones et Terry Gilliam qui incarnent deux clochards hauts en couleur.

NOTE : 14/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *