rueducine.com-et-si-on-vivait-tous-ensemble
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

France années 2010. Ils sont 5 amis. Deux couples Annie et Jean, Jeanne et Albert, et Claude le célibataire coureur de jupons tarifés.  Tous ont largement passés les 70 ans. Et pour Claude qui fait une crise cardiaque ainsi que pour Jeanne gravement malade et Albert qui commence à perdre la mémoire la question de leur avenir dans leur maison se pose…

rueducine.com-et-si-on-vivait-tous-ensemble-photo (4)

CRITIQUE

Le film a deux atouts majeurs
D’une part une distribution des rôles plutôt pertinente.
D’autre part un sujet (quelle est la libido de nos vieux?  y a-t-il une autre avenir autre que la maison de retraite face aux maladies dégénératives?).

Cependant le film souffre d’un handicap certain : une réalisation très plate et un scénario ultra conventionnel. Si le scénario pose les questions, bien entendu il n’apporte pas les réponses. Et montre très vite les limites de la vie en communauté entre vieillards dés que l’un d’entre eux commence à perdre les pédales.

Or sur ce même sujet Anne Le Ny avec « Les invités de mon père » (2010) et un formidable Michel Aumont avait été plus percutante non seulement dans son scénario mais aussi dans sa réalisation.

Et au final à la fin de la projection le spectateur peut avoir le sentiment désagréable d’avoir une certaine appréhension pour son futur.
D’autant que nous avons affaire à des vieux plutôt aisés financièrement qui peuvent s’offrir ce style de vie.

S’acheminerait-on vers une vieillesse à deux vitesses? Le mouroir pour les moins argentés, le foutoir pour les autres?

rueducine.com-et-si-on-vivait-tous-ensemble-photo (3)
Nous retiendrons surtout de ce film la prestation des trois pieds nikelés du troisième âge que sont Guy Bedos le militant bougon au grand cœur, Claude Rich le malade du cœur qui ne cesse de le solliciter avec ses pensées libidineuses, et Pierre Richard atteint par alzheimer.
Tous trois sont superbes et mènent allègrement la comédie.
Ce qui est moins le cas des deux femmes Jane Fonda et Geraldine Chaplin qui sont plus dans un registre dramatique voire rébarbatif.

Enfin, outre la nécessité de sa présence pour des raisons de coproduction, le rôle de l’universitaire joué par Daniel Brühl fait un peu trop pièce rapportée et n’apporte pas grand chose.

Je regrette aussi certains choix musicaux. Notamment une ou deux chansons additionnelles anglo-saxonnes qui n’ont aucun intérêt si ce n’est d’appesantir l’atmosphère.

rueducine.com-et-si-on-vivait-tous-ensemble-photo (5)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le repas dans la coque de la piscine vide à peine installée. Les tromperies qui remontent 40 ans plus tôt resurgissent ainsi que les crises de jalousies, et les menaces.

L’ANECDOTE

Le film a été très long à financer. En 2006 il avait été annoncé avec Jean Rochefort et Jeanne Moreau…

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *