Synopsis

Turin années 1970, trois collègues sortent ensemble lors de leur temps libre et se livrent à la délinquance (vols de véhicules) mais aussi et surtout à la violence gratuite sans réelle motivation autre que la perversion et le sadisme. Lors d’un match de football, ils déclenchent une bagarre générale et profitent du désordre pour voler une Ferrari puis une moto. Quelques temps plus tard ils s’en prennent à un chauffeur d’engin de chantier et le tuent à coup de tournevis. Le commissaire Santagà est chargé de l’enquête.

rueducine.com-fango-bollente-photo (2)

CRITIQUE

Ce film est au carrefour de « Orange mécanique » (avec des moyens et un talent bien moindres que Stanley Kubrick) et le genre du poliziottesco.
Le réalisateur Vittorio Salerno, frère de l’acteur Enrico Maria Salerno parvient par une réalisation classique et un montage nerveux à maintenir l’intérêt du spectateur pour cette « boue bouillante » (traduction littérale du titre du film).

En effet les trois petites frappes n’ont pas grand chose dans le cerveau si ce n’est une fange qui les mène à la violence sans mobile Jusqu’à leur propre mort.
L’Italie s’émeut d’une jeunesse qui plonge dans l’ultra violence juste comme exutoire. Ainsi l’année suivante sort « Les féroces » (« Liberi, armati, pericolosi« ) de Romolo Guerrieri qui dépeint le même symptôme. La différence étant que dans « Fango bollente » les jeunes assassins travaillent alors que pour « Les féroces » se sont trois étudiants.

Le film de Salerno est un peu trop linéaire et l’interprétation est inégale. Si Enrico Maria Salerno s’en sort bien, Le reste de la distribution est plus aléatoire dans le jeu.

Franco Campanino est loin d’égaler les maîtres de la musique poliziottesca : Selvio Cipriani et Franco Micalizzi.

rueducine.com-fango-bollente-photo (3)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’assassinat de la femme de Mainardi par son mari. Avec un gâteau à la strychnine. Pendant son agonie il appelle devant elle les pompes funèbres pour décrire  le cercueil et l’inscription sur la tombe. Frappant!

L’ANECDOTE

Le film sort en Italie avec une belle interdiction au moins de 18 ans et est en partie mutilé dans son montage. Pasquale Squittieri co-producteur du film et un des plus grands réalisateurs du genre policier italien entre dans une colère noire.

NOTE : 10/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *