Synopsis

Fin du XIX ème siècle Lord Clayton et sa femme Alice, un jeune couple de la noblesse anglaise partent pour l’Afrique. Le jeune homme promet à son père que tout se passera bien. Et qu’ils seront prochainement de retour. Mais leur bateau fait naufrage sur les côtes de l’Afrique. Le couple est un des rares à avoir survécu. Ils s ‘enfoncent dans les terres et dans la forêt tropicale en hauteur construisent une maison de fortune. Alice donne naissance à un enfant tandis que dans la forêt une femelle chimpanzé perd son enfant lors d’une lutte tribale. Peu de temps après la malaria emporte Alice et les cris du bébé attirent les singes. Lord Clayton est tué par les singes. La femelle en mal d’enfant s’empare du bébé…

rueducine.com-greystoke-photo (3)

CRITIQUE

Hugh Hudson 3 ans après le succès de son premier film « Les chariots de feu » (« Chariots of fire« ) (1981) et sa célèbre musique signée Vangelis, reprend à son compte les aventures de Tarzan. Et se démarque de tout ce qui avait été fait précédemment et notamment les 12 films naïfs avec Johnny Weissmuller entre 1932 et 1948. D’ailleurs le mot « Tarzan » n’apparaît que dans le titre du film.
Il s’agit ici de la genèse du mythe. Ou comment un bébé orphelin recueilli par les singes parvient à survivre puis à s’imposer en tant que mâle dominant, puis un retour aux sources en Ecosse grâce à un explorateur belge, où il redevient John Clayton seigneur de Greystoke. Le film s’arrêtant là où les autres commencent.
Film assez somptueux avec cependant un début de film qui ne m’a pas vraiment touché, j’ai plutôt préféré la partie écossaise du film avec la confrontation de l’expérience animale avec la civilisation de la noblesse britannique guindée et impitoyable.
Décors majestueux (une jungle filmée dans le Park de Korup au Cameroun, le magnifique château de Floors), production luxueuse (costumes, lumières, décors et trucages) ce film est un ravissement pour les yeux.rueducine.com-greystoke-photo (5)
Le scénario comporte bien quelques erreurs zoologiques (les chimpanzés ne mangent pas de viande)  mais il est fort bien écrit dans sa montée dramatique que ce soit dans la partie africaine ou la partie écossaise.
La grande surprise du film vient que c’est un français quasi inconnu qui tient le rôle principal. Christophe Lambert, qui avec le talent qu’il démontre laisse à penser que sa carrière sera belle et longue… Elle sera longue!  Son rôle de John Clayton est jusqu’à présent son meilleur. Il parvient à montrer animalité et sensibilité parfois en
Andie MacDowell est superbe dans son premier rôle. Comment ne pas tomber amoureux d’une telle beauté.
Ian Holm est éblouissant en tant qu’explorateur qui devient le meilleur ami de John Clayton.
Hugh Hudson alterne avec bonheur ses plans larges et plans serrés. Trouve quelques angles de caméra extraordinaires. Il signe aussi son meilleur film d’une filmographie assez réduite, due sûrement à l’échec retentissant de son film « Revolution » (1985) avec Al Pacino.
Belle musique de John Scott qui trouve un son épique mais aussi intimiste.

 

rueducine.com-greystoke-photo (4)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’inauguration au muséum de Londres de « l’aile Greystoke ». John Clayton est dégoûté par le spectacle d’animaux mutilés. Il se retire et retrouve un chimpanzé enfermé dans une cage. John Clayton et le singe fuient dans Londres. Tout cela finit en catastrophe.

L’ANECDOTE

Le fantasque Robert Towne auteur, co-auteur ou script doctor de quelques grands films parmi lesquels « Bonnie and Clyde » de Arthur Penn (1967), « Le parrain » de Francis Ford Coppola (1972), « Chinatown » de Roman Polanski (1974), « Yakuza » de Sydney Pollack (1974), « Marathon man » de John Schlesinger (1976), « Reds  » (1981), « Frantic » (1988), est déçu par le film. Il donne donc le nom de son chien P. H. Vazak pour apparaître malgré tout au générique.

NOTE : 16/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *