1 votes 3

Synopsis

A quelques jours de la capitulation allemande en 1945, sur l’embouchure de l’Orénoque (Venezuela) un navire britannique est torpillé par un U-Boat allemand, les survivants sont méthodiquement achevés à la mitrailleuse et au canon par l’équipage du sous -marin. Cependant un homme (Murphy) en réchappe. Il est recueilli dans une mission tenue par le docteur Hayden, une femme de tête qui reçoit l’aide ponctuelle d’un certain, Louis Brezon chargé de surveiller du matériel de prospection pétrolière…

rueducine.com-la-guerre-de-murphy-photo (5)

CRITIQUE

Voici un film de guerre atypique qui oppose un homme à un équipage allemand de sous marin sur les berges de l’Orénoque dans les derniers jours de la seconde guerre mondiale.

Le film est adapté par le scénariste Stirling Silliphant d’un roman éponyme écrit par Max Callo et publié en 1969. Le scénario du film montre la vengeance d’un soldat poussée jusqu’à l’absurde. Il peut-être aussi considéré comme une illustration de la théorie de la loi de l’emmerdement maximum que l’on peut résumer ainsi « Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal » énoncée par un certain Edward A Murphy Jr. ingénieur aérospatial américain.

rueducine.com-la-guerre-de-murphy-photo (2)
Cet énoncé peut clairement s’appliquer à l’équipage de l’U-Boat à partir du moment où Murphy a décidé de se venger. Où à Murphy lui-même.
Le film est intéressant à suivre et « hustonien » par son humour sarcastique.

Sa fin ironique et fatale m’a définitivement convaincu que ce film pouvait faire partie de l’oeuvre de John Huston. D’autant que ce dernier avec « L’odyssée de l’African Queen » (« The African Queen« ) (1951) et « Dieu seul le sait  » Heaven Knows Mr Allison » (1957) a tourné deux films avec très peu d’acteurs et qui se situent pendant la seconde guerre mondiale.

Bonne prestation des acteurs principaux. Philippe Noiret joue un personnage picaresque qui ajoute une note humoristique au film.

Le film qui a surpris son monde à la sortie a été cueilli froidement par la critique, et les spectateurs ne se sont guère précipités pour aller le voir.

John Barry signe une bonne musique on y reconnaît son style assez aisément.

 

rueducine.com-la-guerre-de-murphy-photo

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Murphy pilote pour la première fois l’hydravion. Le décollage à partir du fleuve Orénoque est des plus laborieux.

L’ANECDOTE

Peter Yates aurait refusé de tourner « Le parrain » (« The Godfather« ) pour réaliser « La guerre de Murphy« .

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *