Synopsis

Fin des années 1960 au pôle nord une expédition retrouve le corps d’un homme pris dans la glace depuis 65 ans. Rapatrié en France le corps est soumis aux études scientifiques. Alors que chez lui Gilbert de Tartas fait une réception pour annoncer les fiançailles de son fils avec la fille de la famille Crépin-Jaujard. Lors de cette réception la télévision retransmet une conférence de presse du professeur Loriébat qui annonce que le corps a été dés-hiberné  et que l’homme vit toujours. Lors de cette réception, Gilbert de Tartas reçoit une convocation du ministère de l’intérieur…

CRITIQUE

Ce n’est pas aussi réussi que le film « Oscar » (cf l’anecdote) mais c’est une des meilleures comédies de Louis de Funès (1914-1983) de la fin de carrière.
Il lui reste deux films avec Gérard Oury « La folie des grandeurs » (1971) et « Les aventures de Rabbi Jacob » (1973) qui seront ses derniers grands films.
Le film est ramassé sur 82 minutes. Il est une nouvelle fois une adaptation d’une pièce de théâtre.

La bonne nouvelle est que Louis de Funès qui a collaboré au scénario a permis à son actrice préférée Claude Gensac d’obtenir des scènes plus nombreuses dans lesquelles son rôle est prépondérant. Bien plus que dans les trois films de la série des « gendarmes » tournés auparavant où pour « Oscar » où elle est seulement un faire valoir de l’acteur vedette.
L’actrice défend son personnage crânement devant son partenaire.

Même si le film tourne malgré tout autour de Louis de Funès d’autres seconds rôles parviennent à tirer leur épingle du jeu. Je pense à Michael Lonsdale et Claude Piéplu.

Cependant donner un rôle à Olivier de Funès (fils de) n’était pas la chose la plus réfléchie.

Dernier bémol la musique de Georges Delerue sous utilisée. Elle n’apparaît quasiment qu’au générique final.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Edmée de Tartas qui a la signature des chèques de l’entreprise gérée par son mari effectue un chantage à son mari à la signature des chèques puis au partage de l’alcôve maritale pour qu’il recueille chez lui le parent sorti des glaces.

L’ANECDOTE

Après le tournage difficile du film « Oscar » entre Louis de Funès et Edouard Molinaro (qui ne s’esclaffait pas des effets comiques de l’acteur pendant le tournage, qui en prenait ombrage), ils conviennent tous deux qu’ils ne retourneront plus ensemble. Mais « Oscar » est un carton et pour la Gaumont il n’est pas question de se passer d’une telle poule aux œufs d’or.
Exit donc Jean Girault pourtant pressenti en tant que réalisateur revoici le trio Claude Gensac, Louis de Funès, Edouard Molinaro pour « Hibernatus ».
Les relations entre les deux hommes ne seront guère meilleures. A tel point que Molinaro demande à quitter le tournage. De Funès refuse tant que le réalisateur n’a pas achevé toutes ses scènes. Une fois celles-ci tournées Edouard Molinaro part sur le film « Mon oncle Benjamin » et laisse les scènes sans Louis de Funès à son assistant-réalisateur Pierre Cosson.

 

 

Video & Photo

1 videos 12 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *