rueducine.com-hondo-l-homme-du-desert-1953
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Nouveau Mexique les apaches sont sur le sentier de la guerre, un homme arrive à pied devant une ferme isolée en plein désert et territoire apache. Il s’appelle Hondo Lane est éclaireur pour l’armée américaine. Il est accueilli par Angie Lowe qui vit seule avec son fils Johnny. Elle dit à qui veut l’entendre que son mari est parti rechercher le troupeau et ne tardera pas à venir. Elle reçoit souvent la visite des apaches avec lesquels elle vit en bonne entente. Hondo demande à madame Lowe le gite le temps de récupérer et de pouvoir repartir avec un cheval. Celle-ci accepte, mais Hondo s’aperçoit que la femme ment sur sa vie…

rueducine.com-hondo-l-homme-du-desert-poster (2)

CRITIQUE

Film dans lequel le personnage qu’interprète John Wayne fait preuve de quelque compassion pour les indiens (et notamment les apaches). Effectivement Hondo a du sang indien et a vécu parmi eux et a vécu avec une squaw.
Ce qui ne l’empêche pas d’en flinguer quelques uns sur la fin du film. Et à regretter juste après le massacre « …la fin d’une belle vie… ». J’ai failli en tomber de mon fauteuil!

Le western malgré ses atours classiques, développe une romance entre le personnage de John Wayne et celui de Geraldine Page. C’est surtout la place prépondérante qu’elle prend dans le film qui différencie ce western.

Sinon, pas grand chose d’original à se mettre sous la dent. Le film est de bonne facture, l’attaque indienne (signée John Ford) sur la fin est assez spectaculaire (même si les cascadeurs en rajoutent un peu en tombant de cheval).

John Wayne fait du John Wayne. Les décors naturels sont très bien utilisés. Il manque cependant un cinémascope qui aurait donné plus d’impact au film.

Geraldine Page dont le physique n’entre pas dans les canons hollywoodiens réussit à en imposer face à la légende vivante de l’ouest.
Enfin Ward Bond toujours picaresque dans les westerns de son ami John Wayne assure la comédie dans le film.

rueducine.com-hondo-l-homme-du-desert-poster

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’attaque du convoi à la fin du film. avec alternance de gros plan, de travellings et de plans généraux à la grue. La scène de combat quoique complexe avec les mouvements de chariots reste absolument lisible et compréhensible. Certains cinéastes de nos jours feraient mieux de revoir leurs classiques!

L’ANECDOTE

Film produit par la société de production de John Wayne Batjac, et tourné en partie en 3D. Restauré en 3d en 1980 et ressorti au cinéma avec lunettes compatibles, le film est cependant diffusé en 2D que ce soit en video, à la télévision ou en salles.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *