Synopsis

Avocat retiré du barreau et ivrogne depuis le suicide de sa femme, maître Loursat rentre du bordel ivre mort. Dans sa vaste demeure ouverte aux quatre vents, les va-et-vient des amis de sa fille Isabelle ne cessent chaque nuit. Mais cette nuit, un coup de feu parvient à le réveiller. Il aperçoit un homme quitter furtivement la maisonnée. Il se rend au deuxième étage et y trouve un jeune homme mort. Il demande à sa fille  qui est cet homme mais elle refuse de lui parler. Il appelle un ami juge d’instruction pour qu’il déclenche une enquête…

CRITIQUE

Ultime film de Georges Lautner.

Ce fer de lance de la comédie policière, et du box office français sombre bel et bien avec cette adaptation laborieuse d’un roman de Georges Simenon « Les inconnus dans la maison ». Henri Decoin (1890-1969) en 1942 a déjà adapté, avec Henri-Georges Clouzot au scénario, ce roman pour le cinéma avec en vedette Raimu (1883-1946).

Les décors sont ternes, la mise en scène paresseuse, les dialogues poussifs. L’alcoolisme flamboyant du film « Un singe en hiver » (1962) de Henri Verneuil où Jean-Paul Belmondo étincelait le cheveu brun et la quasi trentaine, devient lugubre avec la soixantaine et la crinière blanchie.

Ici tout est fade. Jusqu’à (fait unique!) l’interprétation de Jean-Paul Belmondo. Personne ne semble croire à cette histoire ou au bien fondé du film pourtant ardemment désiré par l’acteur.

Les jeunes acteurs sont assez médiocres dans leurs interprétations. Seule Sandrine Kiberlain et Cristiana Réali surnagent dans ce naufrage.
Les vétérans (Pierre Vernier, François Perrot, Georges Géret, Guy Tréjan) se contentent de faire le job. Mais c’est insuffisant.

La musique de Francis Lai très mal employée dans le film sert de musique de fond et anéantit le travail (même mineur) du compositeur.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Ultime scène. Maître Loursat quitte le tribunal au bras de sa fille… et générique de fin. Fin du calvaire.

L’ANECDOTE

Plus dure sera la chute. Le film précédent de Jean-Paul Belmondo « Itinéraire d’un enfant gâté » (1988) de Claude Lelouch totalise 3 250 000 entrées cinéma. « L’inconnu dans la maison » à peine 420 000.

NOTE : 07/20

Video & Photo

1 videos 11 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *