Synopsis

Manhattan sud années 2000, un groupe de braqueurs surgissent dans une banque. Mais plutôt que de prendre l’argent et repartir au plus vite, les braqueurs prennent leur temps et attendent le siège de la police. C’est le détective Keith Frazier et son collègue Bill Mitchell qui sont envoyés sur place. Le président de la banque Arthur Case fait appel à Madeleine White pour que certains secrets détenus dans la banque le restent…

rueducine.com-inside-man-pic-3

CRITIQUE

Spike Lee laisse tomber le temps d’un film la communauté Afro américaine pour un film plus universel.

Ce n’est pas lui non plus qui a écrit le scénario.
Si le film est un entertainment digne d’intérêt, à la fin du visionnage le spectateur n’en sort pas moins avec un arrière goût de film inachevé. Ou plutôt d’inabouti.

Une frustration due à un manque en ce qui concerne les motivations des braqueurs. Comment ont-ils su que le coffre 392 contenait des documents compromettants? Que comptent-ils faire de ces documents? Sont-ils juste des exécutants pour le compte d’un particulier ou d’une entité?
Bref pas mal de zones d’ombre qui font qu’aux spectateurs aussi les braqueurs échappent.

rueducine.com-inside-man-pic-2

Autre point noir du film, le scénariste veut faire partir le policier en début de film avec un handicap : une suspicion de corruption, mais celle-ci est très mal exploitée et ne fait jamais rebondir le film dans un sens ou un autre.

La mise en scène de Spike Lee est élégante la photographie soignée mais tout cela ne fait pas décoller le film pour l’emmener au firmament des films policiers.

Bien entendu le casting est impeccable.
Denzel Washington enfile un chapeau de paille sur un crâne tondu avec classe.
Jodie Foster est ambiguë à souhait.
Christopher Plummer joue les capitalistes sans foi ni loi avec le talent qu’on lui connaît dans ces rôles d’affreux propres sur eux.
Seul Owen Wilson souffre dans ce rôle sacrifié où il passe les trois quarts du film masqué.

A noter la superbe composition musicale de Terence Blanchard qui offre un soundtrack de grande classe.

 

rueducine.com-inside-man-pic-1

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le beau générique de début qui s’ouvre sur l’entrée dans le sud de Manhattan depuis Brooklyn et son pont somptueux. Agrémenté par une chanson « Chaiyya, Chaiyya » par Sukhwinder Singh and Sapna Awasthi.

L’ANECDOTE

Le film devait être réalisé par Ron Howard mais pris par le film « Da Vinci code » (2006), il se désiste. Spike Lee est contacté par le studio pour reprendre le projet.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *