Synopsis

Années 1990 dans une ferme, Tim Daland riche concessionnaire de voitures vient débaucher Harry Hogge, un des plus grands préparateurs de voitures de stock cars. Il lui promet d’avoir déniché un pilote exceptionnel, et a besoin qu’il lui fasse une voiture. Harry Hogge se fait un peu prier puis finit par accepter de rencontrer le pilote. Rendez-vous est pris sur le circuit de Charlotte pour un essai. L’arrivée grandiloquente de Cole Trickle sur son énorme moto ne favorise pas la prise de contact. Mais lors de l’essai au premier tour il bat le record de vitesse du circuit.  Harry Hogge décide de suivre Tim Daland dans la poursuite de son rêve de construire une écurie performante…

rueducine-com-jours-de-tonnerre-photo-3

CRITIQUE

On a du mal à croire que c’est le même scénariste qui signe ce film et qui a écrit le chef d’oeuvre du néo-noir de Roman Polanski « Chinatown » (1974).

Il faut dire que ce film est à la seule gloire de Tom Cruise qui s’est mêlé, et c’est unique à ce jour, à l’écriture du film. Si l’on ajoute à cela l’esthétique publicitaire du réalisateur, nous assistons à un film plutôt cousu de fil blanc qui vante la gloire de la nouvelle superstar hollywoodienne qui en trois ans signe 4 succès publics. « Top Gun » (1986) de Tony Scott, « La couleur de l’argent » (« Color of money« ) (1986) de Martin Scorsese, « Rain man » (1988) Barry Levinson et « Né un 4 juillet » (« Born on the Fourth of July« ) (1989) de Oliver Stone.

rueducine-com-jours-de-tonnerre-photo-2
« Jours de tonnerre » aura un succès modeste en salles. Il faut dire que le film souffre d’énormes carences en matière de suspens. Celui-ci se résumant à peu de choses près à : va-t-il doubler par l’extérieur de la piste ou par l’intérieur?

Le film est aussi très déséquilibré. Les scènes de courses se situant en début de film et en toute fin. Au milieu les scènes « psychologiques » se bousculent et forment un énorme ventre mou, où l’ennui pointe le bout de son nez.

Tom Cruise est heureusement bon acteur et arrive à faire de son personnage un pilote automobile crédible. Nicole Kidman est charmante, et Robert Duvall prend le pognon.

La musique de Hans Zimmer, voulant concurrencer le bruit des moteurs dans le film, est insupportable.

rueducine-com-jours-de-tonnerre-photo-4

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Cole Trickle qui passe pour un baltringue auprès de ses mécanos et leur chef Harry Hogge après quelques course désastreuses, fait le coup de poing contre les membres de son équipe. Marrant.

L’ANECDOTE

Nicole Kidman et Tom Cruise étaient déjà en couple lors du casting du film.

NOTE : 08/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *