Synopsis

Chicago (Illinois) années 2010, Henry « Hank » Palmer, un avocat durant un procès apprend le décès de sa mère. Il demande l’ajournement du procès, qu’il obtient, et après une ultime dispute avec sa femme de laquelle il va divorcer, se rend dans sa petite ville natale de l’Indiana. Son père Joseph y est juge, et applique une justice sévère mais estimée juste. Quand Henry arrive (à contre-cœur) en ville il se rend au tribunal où il assiste à un procès et une condamnation pour violences conjugales. Mais quand il se rend à la maison, il y retrouve ses deux frères. Son aîné Glen propriétaire d’un magasin de pneus et son cadet Dale un peu simple d’esprit et féru de films super 8 qu’il tourne et monte. Il rencontre son père mais un lourd contentieux entre père et fils pèse dans leur difficile relation…

rueducine.com-le-juge-photo

CRITIQUE

Des films dans lequel un homme revient bien des années plus tard dans sa ville natale avec laquelle il a des problèmes, mais aussi des attaches, est un sujet déjà rebattu par Hollywood.
Vincente Minelli avec « Comme un torrent » (1958) en a fait un chef d’oeuvre.

Ici nous sommes un ton en-dessous. Peut-être pour la raison que David Dobkin et ses co-scénaristes courent après deux lièvres à la fois. Un film sur la famille et un film de procès.

Le film n’est pas un ratage complet entendons-nous bien mais un compromis d’entertainment et de drame inabouti quelque soit le bout par lequel on l’attrape.

La mise en scène est classique et sage. L’interprétation est irréprochable. Mais à la fin du film si le spectateur ne s’est pas ennuyé, il n’a pas non plus vécu de scènes jubilatoires qui lui permettront de se souvenir de celui-ci de façon durable à défaut d’impérissable…

rueducine.com-le-juge-photo (3)
Tout cela est trop sage, trop policé pour donner du souffle à ce récit. De plus il manque une ou deux scènes supplémentaires entre le fils et le père.

Heureusement que Robert Downey Jr. qui se retrouve dans une seconde carrière très favorable après avoir mis derrière lui (définitivement il faut le lui souhaiter), les problèmes de drogue et de prison, est quasi parfait.

Robert Duvall est toujours imposant dans son jeu. A côté de ces deux là les autres acteurs font figure de pieds-tendre. Même Billy Bob Thornton n’est pas avantagé dans ce film.

La musique de Thomas Newman est à l’image du film sans aspérité ni audaces.

 

rueducine.com-le-juge-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE 

L’arrivée du fringant avocat à Carlainville. Contraste entre la ville de Chicago et les paysages de l’Indiana.

L’ANECDOTE

Ne cherchez pas Carlinville sur une carte de l’Indiana. Vous n’auriez guère de chance de la trouver.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *