Synopsis

Années 1970, Aux abords d’une île de la Méditerranée, Une femme sur un yacht ne supportant plus les personnes qui l’entourent, décide de quitter le bord et part à la nage sur l’île. Lassés de la chercher ils lui abandonnent ses bagages sur la plage. Sur l’île vit Giorgio, dessinateur, avec son chien Melampo. Il habite une sorte de dôme de béton. Giorgio accueille par charité la jeune femme…

CRITIQUE

Marco Ferreri (1928-1997) dès le début des années 1960 a choisi de provoquer tout d’abord l’Italie catholique avec « Le lit conjugal » (« Una storia moderna l’ape regina« ) qui met à mal l’institution matrimoniale. Il en va de même pour ce film, avec un ton plus virulent et désespéré. Plus machiste aussi. L’amour, le vrai n’est-il pas celui de l’homme pour son chien? Il ne reste plus qu’à la femme à se substituer au chien quitte à l’assassiner.

Inutile de dire que ce premier film de Marco Ferreri tourné avec des capitaux français a fait parler dans le Landerneau de la cinéphilie. Et pas beaucoup en bien.
Disons le tout net. Ce n’est pas le meilleur film de Marco Ferreri. Le film contient quelques faiblesses dans sa construction. Par exemple Giorgio quitte l’île pour se rendre à Paris retrouver sa femme qui vient de faire une tentative de suicide. Alors qu’il s’est réinstallé dans un confort bourgeois surgit Liza. On se demande bien comment elle a pu faire…

Mais le film annonce les suivants au ton largement dramatique voire nihiliste. La fin tragique du couple affamé contrebalance la fin du quatuor de son film prochain « La grande bouffe » (1973) qui tous décèdent d’avoir trop englouti de victuailles. Le scandale de « La grande bouffe » sera bien plus tonitruant que celui de « Liza« .

Le couple récemment formé au cinéma pour le film de Nadine Trintignant « Ça n’arrive qu’aux autres » (1971) et à la ville Catherine Deneuve – Marcello Mastroianni se retrouve devant la caméra de Marco Ferreri et semble prêt à aller loin dans leur jeu d’acteur.
Catherine Deneuve à quatre pattes qui lape la main de son maître – amant c’est quand même quelque chose! L’actrice toujours aussi sublime prouve une fois de plus qu’elle en a sous la pédale et peut aller bien loin dans ses rôles.

Reste que le film est inégal et a quelques passages obscurs l’arrivée des militaires à la poursuite d’un déserteur, et l’arrivée d’un allemand qui pendant la guerre a planté les oliviers de l’île. Marco Ferreri nous montre comment ils arrivent, jamais comment ils repartent.
La musique de Philippe Sarde m’a semblé assez inappropriée au film par son ton par rapport aux images du film.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Liza profite du fait que Giorgio enterre son chien pour mettre  autour de son cou le collier qu’elle a pris au cadavre de Melampo. Son comportement change immédiatement. Elle devient la chienne de Giorgio.

L’ANECDOTE

Marco Ferreri retrouve Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans « Touche pas la femme blanche » (1974). Western iconoclaste sur la bataille de Litlle Big Horn situé à Paris dans ce que l’on a appelé le trou des halles quand le quartier était en travaux et que les halles étaient transférées à Rungis.

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 3 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *