Synopsis

Arizona année 1909, Zach Provo un prisonnier au sang indien prend la tête d’une mutinerie de prisonniers lors de travaux forcés sur une voie de chemin de fer. Il élimine les deux gardiens et avec 6 codétenus quitte la région de Yuma pour recouvrer un trésor enterré après son ultime braquage avant de se faire prendre. C’est Sam Burgade qui l’a arrêté. Burgade a pris sa retraite de Ranger. Mais il s’attend à un acte de vengeance de la part de Provo…

CRITIQUE

Ce n’est pas le meilleur western de Andrew V. McLaglen (1920-2014). Ce britannique qui a fait l’essentiel de sa carrière à Hollywood s’est spécialisé dans le film d’action (western et guerre).
Il signe avec « La loi de la haine » son ultime western.
On sent que le western italien (déjà moribond) a quand même largement influencé les productions américaines notamment en ce qui concerne le traitement de la violence.

Le scénario est solide sans être extraordinaire. Il n’offre pas un face à face entre les deux antagonistes et l’on peut le regretter. L’opposition entre les deux hommes ne se fait qu’à travers leurs armes.

De même le scénario passe à côté du buddy movie. Il est esquissé entre le jeune amoureux de la fille de Sam Burgade enlevée par Provo et le vieux Sam Burgade et ses méthodes « à l’ancienne ». Il n’y a pas de véritable opposition entre les deux hommes. Le jeune se soumet au vieux très rapidement.

Charlton Heston et James Coburn sont tous deux impeccables chacun cherchant à anticiper les réactions de l’autre et à les contourner. Ils représentent un ouest sur le déclin et dénoncent un pays né par la violence individuelle, comme beaucoup de westerns pendant et post guerre du Vietnam.

Très bonne musique de Jerry Goldsmith. Même s’il reprend le thème de « 100 rifles » (1969) en lui supprimant l’aspect folklore mexicain. Il pioche aussi dans le score de « Rio Conchos » (1964) et « Morituri » (1965).

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La tentative de fuite de nuit de la prisonnière de Provo. Filmée avec une belle dextérité. Barbara Hershey magnifique.

L’ANECDOTE

Andrew V. McLaglen  a tourné quelques notables westerns parmi lesquels « Le grand McLintock » (1963), « Bandolero! » (1969), « Chisum » (1970), « Les cordes de la potence » (1973).

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *