Synopsis

Rome fin des années 1960 Fausto di Salvio est un éditeur aux multiples collections mais dont l’enthousiasme s’essouffle. Il ne cesse de donner des ordres à droite et à gauche sans prendre 5 minutes pour lui. Lorsqu’il rentre chez lui, il est pris à parti par sa femme et sa belle sœur. En effet le mari de celle-ci, Oreste Sabatini, a disparu en Afrique depuis trois ans et n’a plus donné de nouvelles depuis un an. On lui reproche son manque d’intérêt pour son beau-frère. Fausto saisit l’occasion et dit qu’il ira le chercher là-bas lui-même. Sur le champs il prépare ses valises puis emmène avec lui Ubaldo Palmarini qui n’a aucune envie d’aller se perdre en Afrique…

CRITIQUE

Même si le trio Age, Scarpelli, Scola a été en bien meilleure forme, une comédie à l’italienne signées par ces trois là vaut toutes les comédies françaises de l’année 1968.

Pour être juste il faut dire que le trio n’a pas encore écrit les grands classiques de la comédie à l’italienne comme « Drame de la jalousie » (« Dramma della gelosia« ) (1970) tourné par Ettore Scola.

On pourra lui reprocher quelques passages exotiques de trop comme le safari en Land Rover, ou la charge (mal montée) du Rhinocéros sur le camion. Mais le film montre parfois maladroitement une Afrique bouillonnante, secouée par un passé colonialiste encore récent, avec des blancs qui abusent de leur position dominante (la décolonisation a une petite quinzaine d’années) et des révolutions permanentes où des mercenaires européens exultent.

 

La réalisation d’Ettore Scola souffre un peu de ce côté documentaire du film. Mais lorsqu’il verse carrément dans la comédie alors la jubilation revient au grand galop.

Le film est un beau portrait en contraste de deux personnages aux caractères bien différents qui fleure bon le buddy movie. Il fallait pour cela une distribution judicieuse et c’est bien le cas avec un Alberto Sordi romain en diable et un Bernard Blier plus introverti et nordiste.
Le premier vit ce voyage comme une opportunité pour se ressourcer et relancer son envie d’entreprendre.
Le second bras droit du premier est entraîné de force dans ce voyage et éprouve peu d’enthousiasme à se lancer dans cette aventure.

Comme il va de soi pour une comédie à l’italienne à la fin du film le héros, finit dans un pire état qu’au début du film. Sa frustration reste immense et ce qui l’attend à Rome est loin d’être aussi exaltant que de vivre dans cette Afrique encore sauvage, brouillonne où tout est possible.
Ce qu’a bien compris son filou de beau-frère.

Extraordinaire musique d’Armando Trovajoli qui s’inspire des rythmes africains mâtinés de Bossa et de mélodies italiennes.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Premier dialogue (attendu) savoureux entre Fausto di Salvio et son beau-frère Ubaldo Palmarini.

L’ANECDOTE

Luciano Riccieri  grand décorateur du cinéma transalpin qui a beaucoup travaillé avec Ettore Scola  s’amusait beaucoup quand lors de séances de travail, il assistait à des bagarres homériques entre Ettore Scola qui en tant que romain adore les effusions, et ses scénaristes Agenore Incrocci, et Furio Scarpelli qui ne s’en laissaient pas compter. Un autre scénariste, Ruggero Maccari, quand il voyait le conflit arriver faisait tout son possible pour le désamorcer. A la grande frustration de Scola.

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *