Synopsis

Floride, a fin des années 1980, James Bond est invité au mariage de son ami agent de la CIA Felix. Mais au moment de se rendre à la cérémonie un agent des gardes côtes lui indique que l’avion du trafiquant de drogue international Frank Sanchez a été repéré sur une piste d’atterrissage  privée. Felix et Bond embarquent dans un hélico et se rendent sur les lieux. Frank Sanchez tente de s’enfuir avec son avion mais il est intercepté et livré à la police. Le mariage peut avoir lieu. Mais Sanchez parvient à corrompre l’homme qui le détenait et l’interrogeait. Lors de son transfert, le policier véreux organise une évasion du malfrat. Sanchez envoie ses hommes de main tuer la femme de Felix. Quant à ce dernier Bond le retrouve chez lui à l’agonie une jambe arrachée par un requin. Pour l’agent 007 l’heure de la vengeance a sonné…

CRITIQUE

Si le film a beaucoup gagné en nervosité et en scènes d’action, nous avons perdu James Bond et l’espionnage.

Comme dans « Vivre et laisser mourir » (« Live and let die« ) (1973) de Guy Hamilton, mais en beaucoup mieux, James Bond devient flic et poursuit un trafiquant de drogue. Pour un polar c’est un très bon film. Pour un James Bond c’est pas vraiment ça.

D’où à la fois ce sentiment d’être devant un bon film mais pas devant un bon James Bond.
Peu d’extérieurs de pays différents sont utilisés (USA et Mexique). C’est la présence de M et Q qui nous rappelle que nous sommes dans un film de la saga James Bond.

Timothy Dalton confirme qu’il peut assurer dans des rôles musclés. Il a le punch nécessaire. Et contrairement au numéro précédent « Tuer n’est pas jouer » (« The living daylights« ) (1987) de John Glen, où il avait affaire à une catastrophique Maryam d’Abo, face à deux bonnes James Bond girls (Carey Lowell et Talisa Soto) il est tout à fait crédible comme séducteur et amant.
De même le méchant est sadique à souhait même si il ne représente qu’un vulgaire trafiquant. Robert Davi est excellent.
John Glen malgré sa réalisation des scènes d’exposition bien laborieuses, parvient par sa technique lors des scènes d’action (et leur abondance) à maintenir le film a un niveau acceptable. Mais que le style est vieillot!

Une fois de plus Maurice Binder ronronne dans son générique et la chanson de Gladys Knight n’est pas là pour relever le niveau.
Heureusement le film nous happe dans une succession de scènes d’action qui nous font oublier le générique.
Michael Kamen se montre digne héritier de John Barry sa composition conserve le style de son illustre prédécesseur mais parvient imprimer sa patte.
Patti LaBelle chante le générique de fin et c’est beaucoup mieux que l’éructation du début.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

La grande poursuite finale avec 4 camions citernes contenant de la cocaïne diluée dans l’essence qui finit dans un grand feu de joie.

L’ANECDOTE

Le film n’a pas reçu le succès attendu. Sûrement qu’il a payé le mauvais ressenti de « Tuer n’est pas jouer » et qu’ensuite ceux  qui sont allés le voir, ont vu un polar et non un James Bond et l’ont aussi fait savoir. Ajouter à cela une sortie américaine bâclée et EON production frise la débâcle!

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 13 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *