Synopsis

Tom Ripley et Philippe Greenleaf deux jeunes hommes sont à Rome et font les 400 coups. Pourtant l’un (Tom Ripley) est venu chercher à la demande du père du second son ami pour le ramener en Californie. Mais Philippe remet sans cesse le départ, et Tom voit les 5000 dollars promis par le père partir en fumée. D’autant que Philippe a une fiancée, Marge, et qu’il n’a pas l’intention de quitter l’Italie préférant dilapider son argent le long des côtes italiennes. Lors d’une sortie en voilier Tom montre de la jalousie vis-à-vis du couple. Philippe humilie Tom en l’isolant sur la barque de sauvetage…

rueducine.com-plein-soleil-delon-ronet-laforet

CRITIQUE

Il est incroyable de voir comment un jeune acteur (je parle d’Alain Delon 25 ans lors du tournage) avait un talent exceptionnel capable de jouer des êtres retors et insaisissables (psychologiquement parlant) a fini à partir des années 1980 dans un  jeu monolithique et sans aucune subtilité.
Profitons donc de ce « plein soleil » pour dire tout le bien de cet acteur qui fut si formidable. Il passe d’un Tom Ripley soumis, avide d’argent, jaloux, à un assassin calculateur, et habile. Qui parviendra à ses deux buts ravir la fortune de son  « ami » puis sa fiancée.
Alain Delon est grandiose et rien que pour sa prestation le film mérite le détour.
Mais ce n’est pas le seul atout du film.

rueducine.com-plein-soleil
Il y a d’abord Maurice Ronet toujours très bon dans ces personnages assez méprisables et imbus de leur personnes. Il y a aussi Marie Laforêt qui comme Alain Delon se fait une place au soleil de la cinématographie française, et ce dès son premier rôle au cinéma.

Tout d’abord il y a un scénario tiré d’un roman de Patricia Highsmith. Scénario complexe surtout après le meurtre mais toujours maîtrisé et qui ne perd pas le spectateur. On pourra peut-être lui reprocher quelques longueurs (toujours après le meurtre) mais comme le film est passionnant de bout en bout elles se font oublier.

René Clément et son photographe de plateau Henri Decaë utilisent le procédé Eastmancolor, moins célèbre que le technicolor mais qui reproduit de façon plus fidèle les couleurs désirées au tournage. Et effectivement l’Italie est superbement filmée ainsi que les plans sur le voilier qui sont tout à fait somptueux.

Enfin Nino Rota joue le contre-pied par rapport au film, ayant composé une musique de tarentelle (sautillante donc) et de passages dramatique. Excellent cocktail.

 

rueducine.com-plein-soleil-delon

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Habillé avec les vêtements de Philippe devant un miroir, Tom Ripley se met à imiter de façon inquiétante son ami Philippe. Mais il est surpris par celui-ci et d’un coup redevient l’homme soumis qu’il est avec lui.

L’ANECDOTE

René Clément et Alain Delon enchaîneront aussitôt avec le bien moins connu « Quelle joie de vivre » (1961). La même année que « Plein soleil »  Alain Delon tournera « Rocco et ses frères » (« Rocco e i suoi fratelli« ) (1960) de Luchino Visconti.

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *