Synopsis

New York fin des années 2000, à la veille de noël, un quadruple homicide sur des policiers est commis dans un immeuble de Washington Heights.  Le chef de la police demande à son fils qui avait quitté la section des homicides de la réintégrer pour mener l’enquête. Un sentiment de vengeance contre les tueurs envahit les policiers. Mais tous ne sont pas irréprochables…

rueducine.com-le-prix-de-la-loyaute-photo

CRITIQUE 

Ce film ne détrônera pas ceux de Sidney Lumet sur la corruption policière.
Malgré ses bonnes intentions, il est bien en deçà de « Serpico » (1973), « Le prince de New York » (1981), « Contre-enquête » (1990) ou « Dans l’ombre de Manhattan » (1996).

Le film arrive trop tard et semble même anachronique dans sa description d’une police corrompue. De nos jours si elle peut l’être (corrompue) cela n’est sûrement pas comme elle l’a été dans les années 1970-1990. C’est pourtant ce que nous racontent les frères O’Connor avec leurs petites mains.

Gavin O’Connor co-signe un scénario avec de grosses invraisemblances. Comme par exemple le fait que Ray Tierney, interprété par Edward Norton, change du jour au lendemain d’affectation malgré un passé assez lourd. Mais les invraisemblances s’accumulent surtout dans le dénouement final.
Hors une fin gâchée est un film manqué, surtout dans le genre policier ou thriller.

rueducine.com-le-prix-de-la-loyaute-photo (5)
Les scènes de famille sont complètement ratées. Et le discours du patriarche (Jon Voight) lors du repas de noël, ridicule et presque gênant.

Reste que le film fait le job côté distraction et qu’il se laisse voir sans le moindre ennui. Mais au final cela se révèle assez insuffisant.
Quelques jolis plans nocturnes de la ville de New York, ville hautement photogénique, permettent au spectateur de passer le temps pendant les temps faibles du film.

Quant à la musique de Mark Isham elle est assez inégale. Parfois réussie comme lors de la scène des funérailles, parfois inaudible.

 

rueducine.com-le-prix-de-la-loyaute-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE 

Jimmy Egan est tellement pourri que pour faire parler les dealers, il n’hésite pas à les tabasser puis à empoigner un fer à repasser et menacer de cramer la tête de son nourrisson. La pilule à quand même du mal à passer chez le spectateur qui n’y croit pas des masses.

L’ANECDOTE

Le film était programmé pour 2001 avec Nick Nolte, Mark Wahleberg et Hugh Jackman, mais l’attentat du 11/09/2001 au World Trade Center a redistribué les cartes. Impossible de faire un film sur la corruption policière quand la nation a besoin de ses flics.

NOTE : 11/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *