Synopsis

Ville de Nice début des années 1970, la France sort de l’année 1968 avec de belles cicatrices morales, et l’assassinat d’un certain Forest un homme riche et influent dans la ville, ne tarde pas à faire penser aux autorités à un crime d’extrême gauche. Mais très vite un deuxième assassinat et un troisième avec le même mode opératoire bouleverse cette version. L’inspecteur Carella se perd en conjectures…

rueducine.com-sans-mobile-apparent-photo

CRITIQUE

Il semble que Philippe Labro ait pris beaucoup de liberté avec le roman de Ed McBain « Ten plus one« . Mais si l’on fait abstraction de ceci, ce film reste un polar très réussi. L’histoire est riche en fausses pistes et coups de théâtre.

La distribution du film est magnifique: Jean-Louis Trintignant en flic tenace et la superbe Carla Gravina en tête.
N’oublions pas Laura Antonelli Stéphane Audran et Dominique Sanda qui pour la beauté se posent un peu là.
Enfin Jean-Pierre Marielle qui arrive tardivement à l’image mais dans un rôle très ambigu.

La réalisation de Philippe Labro est des plus solides: sens du rythme et du plan efficace. Il profite allègrement des décors extérieurs de Nice. Notamment les scènes sur le port. Il tente aussi par petites touches de saisir l’air du temps.

Assurément le meilleur film de Philippe Labro.

Quant à la musique de Ennio Morricone elle est superbe!
On pourrait croire qu’à ce train-ci son inspiration pourrait se tarir. Bien au contraire! Elle s’auto-stimule et c’est avec une maestria sans commune mesure qu’il enchaîne les chefs d’œuvre dans les années 1970.

 

 

rueducine.com-sans-mobile-apparent-photo (3)

Ce film est recensé dans la page : LE FILM POLICIER ET LE THRILLER FRANÇAIS DE 1945 à 2015.

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

L’interrogatoire que subit Jocelyne quelques minutes avant son trépas donne à ce personnage une épaisseur psychologique des plus réussies.

L’ANECDOTE

Ennio Morricone qui musicalise cette année-là pas moins de 23 films. Parmi lesquels « La classe ouvrière va au paradis » de Elio Petri palme d’or au festival de Cannes, « Le casse » de Henri Verneuil, « Queimada » de Gillo Pontecorvo avec Marlon Brando, « Il était une fois la révolution » de Sergio Leone et « Sacco e Vanzetti » de Giuliano Montaldo: Rien que ça!

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *