rueducine.com-taken-2008
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Los Angeles années 2000, Bryan Mills est un ancien agent secret, père divorcé et incompris de sa fille Kim. Son ex lui mène la vie dure soulignant ses moindres échecs avec leur fille. Cette dernière veut partir à Paris avec sa meilleure amie. Mais Bryan Mills est contre. Estimant la capitale française comme une ville dangereuse. A force de pression et de persuasion il finit par céder. Mais dès leur arrivée à l’aéroport de Roissy les deux jeunes naïves se font aborder par des rabatteurs…

rueducine.com-taken-photo

CRITIQUE

Film efficace dans sa forme et assez abject sur le fond.

Le film flatte les bas instincts vengeurs du spectateur qui peut prendre un certain plaisir à voir des albanais crasseux et vils se faire torturer et trucider, des français veules et sans scrupules se faire massacrer, et des arabes richissimes et adipeux avaler leur extrait de naissance.

Pour une fois les dialogues d’un film signé Luc Besson ne sont pas trop bêtas. Certes le début traîne en longueur et les mièvreries père (divorcé) et fille (rebelle) fleurissent et font craindre le pire. Mais une fois l’action transportée à Paris, le film part sur de nouveaux rails et nous tient accrochés au fauteuil jusqu’à l’ultime mort.

Les scènes d’action sont lisibles, Pierre Morel technicien puis réalisateur de la « Besson’s team » fait preuve d’un savoir faire pour le film d’action qui pose un peu là. Pour le coup le cinéma d’action français rejoint l’américain dans son efficacité.

Liam Neeson est plus crédible en agent de la mort qu’en père (mal aimé) aimant.

Bien entendu Luc Besson ne peut s’empêcher de clichetonner sur la France pour vendre son film à l’étranger. Les baguettes de pain fleurissent, et les flics français méritent leur surnom de bourrins.

La musique de Nathaniel Méchaly n’est pas là pour se faire remarquer mais pour souligner les scènes d’action. Dont acte!

On oublie donc (au possible) le racisme du film et on prend plaisir à l’entreprise de démolissage de sales gueules. Point barre.

rueducine.com-taken-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Bryan Mills se fait passer pour un flic corrompu et vient racketter les proxos albanais. Bien entendu ça finit en baston. A 1 contre 7. Il les dézingue tous sauf un qu’il se garde pour la bonne bouche : 2 clous plantés dans les cuisses reliés par des câbles à un interrupteur…

rueducine.com-taken-photo (3)

L’ANECDOTE

Luc Besson a souvent produit des films dont il a écrit le scénario confiant la réalisation à d’autres réalisateurs. Dans son écurie on trouve Gérard Krawczyk pour « Taxi 2« , « Taxi 3« , « Taxi 4« , « Fanfan la Tulipe »  Louis Leterrier « Le transporteur« , Le transporteur 2« , « Danny the dog » Olivier Mégathon « Exit« , « Le transporteur 3« , « Le transporteur 4 » « Colombiana« , Taken 2« , « Taken 3 » et Pierre Morel « Banlieue 13 » « Taken« , « From Paris with love« .

NOTE : 12/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *