Synopsis

Le soldat et clairon Robert Lee Prewitt arrive à Hawaï muté dans sa nouvelle garnison de Schofield Barracks. Il rencontre un ancien camarade, le soldat Angelo Maggio alors qu’il se rend au bureau du capitaine pour s’y présenter. Le sergent Warden l’accueille et lui fait comprendre que le capitaine a ses têtes et que ceux qui ne lui reviennent pas passent de sales quart d’heures. Quand le capitaine arrive il lui demande s’il a l’intention d’entrer dans l’équipe de boxe. Il a besoin d’un jeune expérimenté comme Prewitt pour redorer son blason et accéder à une promotion dont il fera profiter ses hommes. Mais Prewitt refuse catégoriquement…

CRITIQUE

Ce film montre une armée américaine, à quelques mois de son entrée en guerre contre le Japon et l’Allemagne nazie, en déliquescence morale.

Sous des dehors de discipline de fer, les coups les plus tordus fusent notamment chez les sous-officiers ou les officiers de premier rang.
Mais l’armée et ses hommes se perdent aussi dans des lieux ou l’alcool coule à flot et les femmes légères fourmillent. Dans ce monde ou la droiture et l’honneur sont les codes de fonctionnement, le sergent n’hésite pas à séduire la femme de son supérieur direct.

Dans cette base la confusion règne sur la définition du bon soldat.
Est-ce celui qui satisfait les désirs de son supérieur afin de lui faciliter un avancement dont il bénéficiera?
Ou bien le soldat qui subit les injustices de son supérieur sans broncher?

Il faut avouer cependant que le film a plutôt mal vieilli. Le film de Fred Zinneman fait plus dans la chronique que dans le récit en lui-même d’où un manque de rythme.

Le scénariste Daniel Taradash pour éviter la censure adoucit les connotations sexuelles du roman de James Jones. Dans le roman il y a bien relation sexuelle entre le sergent et la femme du capitaine, et Maggio fréquente les milieux gays de Hawaï.

Cependant le casting est une pure merveille.
Montgomery Clift est d’une belle sensibilité.
Burt Lancaster et Deborah Kerr forment un couple de cinéma comme tout cinéphile en rêve.
Frank Sinatra surjoue un poil sans nuire au film.

rueducine.com-oscar1Le film remporte 8 oscar. Meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur second rôle féminin, meilleur second rôle masculin, meilleure photographie, meilleur montage, meilleur son.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le sergent Warden et Karen Holmes la femme du capitaine ambitieux et volage, se retrouvent au bord d’une plage. La scène finit par un baiser sensuel dans les eaux chaudes de Hawaï. Scène souvent reprise dans des documentaires sur le cinéma.

L’ANECDOTE

L’obtention du rôle de Maggio par Sinatra est évoquée de façon romancée dans le film « Le parrain » (The godfather ») (1972) de Francis Ford Coppola. Celui qui a vu ce film n’a pas oublié la tête sanglante du cheval dans le lit du producteur.
Il est cependant plus vraisemblable que ce soit Ava Gardner (alors mariée à Frank Sinatra) qui ait fait quelques suggestions à la femme de Harry Cohn directeur du studio Columbia Pictures, pour que cette dernière influence son mari en faveur de Sinatra contre Eli Wallach. L’acteur italo-américain a eu son rôle mais il a du sérieusement revoir à la baisse ses prétentions salariales.

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *