Synopsis

Montréal années 2000 Nick Wells est un génie du cambriolage. Il travaille pour Max qui lui propose les casses, et Nick les exécute seul. Mais Nick est amoureux, propriétaire d’un bar club de jazz et a envie de raccrocher. Max lui propose un ultime coup, un gros a plusieurs millions de dollars à la clef : le vol d’un sceptre royal.  Mais le problème c’est qu’il ne sera pas seul. Jack Teller, un jeune a préparé  le terrain, il a la plupart des plans des lieux et travaille comme agent de ménage dans les locaux en simulant un handicap…

CRITIQUE

Frank Oz a mis ses charentaises tout au long du film.

Un film hyper balisé avec une économie de rebondissements.

Même la prestation de Marlon Brando n’est pas remarquable.
Robert de Niro joue avec conscience mais il n’a pas un rôle transcendant.
Edward Norton a toujours autant de mal à me subjuguer.
Angela Bassett quant à elle, elle n’est là que pour les besoins de féminiser un peu tout cela.

Le film se déroule devant nos yeux (qui en ont vu d’autres) avec une certaine indifférence pour finir en indifférence certaine.
Tout cela est mou et prévisible. Ni fait ni à faire.

Les décors naturels du Québec et de Montréal en particulier, ne sont même pas mis en valeur.

Passons aussi sur la musique sans intérêt de Howard Shore.

 

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Pendant l’exécution du casse, Jack Teller oblige Nick à rester accroché à une poutre pendant de longues minutes: Pour l’épuiser? Par sadisme? Pour gagner du temps? Par lubie des scénaristes?

L’ANECDOTE

Dernier rôle au cinéma de Marlon Brando (1924-2004)

NOTE : 09/20

Video & Photo

1 videos 14 photos

Write a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *