rueducine.com-vengeance-froide
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

New Iberia, Louisiane années 1990, Dave Robicheaux ancien flic, ancien alcoolique et sa femme Annie sont sur leur bateau de pêche, alors qu’ils allaient céder à un moment de tendresse, un petit avion s’abîme dans le lac Pontchartrain à quelques encablures. Dave et sa femme se précipitent sur les lieux de l’accident. L’avion chute dans l’eau. Dave plonge rechercher d’éventuels survivants. A la porte de la carlingue il remarque un homme noyé avec des tatouages étranges. Tous les passagers sont morts, exceptée une petite fille. Ils la sauvent et l’emmènent dans un orphelinat tenu par des sœurs où elle est soignée. Dave et Annie font une fausse déclaration en affirmant qu’elle est leur fille et qu’elle s’appelle Alafair. Quelques heures plus tard Dave reçoit chez lui la visite d’un inspecteur du narco trafic qui l’interroge sur ce qu’il a vu dans l’épave, l’avion était celui d’un trafiquant mais qui transportait cette fois des clandestins…

rueducine.com-vengeance-froide-photo (4)

CRITIQUE

Avant d’aborder la critique du film je voudrais donner un conseil amical : Lisez les polars de James Lee Burke qui ont pour héros Dave Robicheaux. C’est de la belle littérature noire avec atmosphère moite et malsaine garantie.

Phil Joanou qui s’est fait connaître avec le grandiose « Les anges de la nuit » (« State of grace« ) (1990) puis un hommage à Hitchcock un peu moindre « Sang chaud pour meurtre de sang froid » (« Final analysis« ) (1992), creuse son sillon dans le genre thriller/polar avec ce troisième film.

Ce n’est pas aussi costaud le premier film cité. Mais c’est un film solide qui se veut assez fidèle au roman « Prisonnier du ciel ». La fin est différente mais l’essentiel est là.
C’est à dire l’ambiance de la Louisiane. Son humidité, sa pauvreté, sa culture francophone, sa mafia italienne surnommée « les têtes d’huile », sa violence…rueducine.com-vengeance-froide-photo (5)
Film peu connu et peu diffusé, il mérite pourtant plus.
Ses décors naturels sont sublimes. Les plans tournés dans le bayou sont spectaculaires. Phil Joanou prend le temps d’installer l’atmosphère (en général poisseuse) avant les grandes scènes.

De plus la méthode du héros, qui pour avoir la vérité, consiste à secouer le cocotier pour faire bouger les choses et obtenir des infos à droite et à gauche est remarquablement mise en scène. Sans parler non plus des travers du personnage : son passé d’alcoolique et sa propension à la violence.

Alec Baldwin est un peu lisse physiquement pour ce type de personnage, mais son talent surpasse le handicap.
Teri Hatcher dévoile sa plastique et son côté vénéneux. Elle incarne une belle femme fatale.
Quant à Eric Roberts il prouve qu’il sait faire autre chose que des panouilles et des films séries B,C…Z!

La musique de générique de George Fenton est excellente, mais le reste est assez insignifiant.
La musique additionnelle est elle de premier choix. Il manque un petit air Zydeco pour faire la balle.

rueducine.com-vengeance-froide-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Arrivée de Dave Robicheaux dans un rade. il se saisit d’une queue de billard et fonce sur l’homme qui l’avait sérieusement molesté. Il lui assène un grand coup et le sèche sur place. Belle montée de violence.

L’ANECDOTE

Le film fut un gros échec à sa sortie en salles. Descendu par la critique, seul un quart du budget a été récupéré.

NOTE : 13/20

Video & Photo

1 videos 5 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *