rueducine.com-le-viager-1972
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

Paris 1930 le docteur Léon Galipeau ausculte un ouvrier, Louis Martinet. Sans famille usé, le docteur Galipeau diagnostique un homme usé par la vie. Sachant que Louis Martinet a acheté un bien sur la côte d’Azur aux abords d’un petit village de pêcheurs nommé Saint Tropez. Léon Galipeau suggère à son frère Emile de contracter avec Louis martinet une rente en viager, Martinet n’en ayant plus pour bien longtemps dans l’état physique où il se trouve. Chose faite, et le viager indexé sur le cours de l’aluminium, Louis Martinet prend sa retraite à Saint Tropez. La famille Galipeau attend, elle, le décès de Martinet…

rueducine.com-le-viager-photo (7)

CRITIQUE

Un classique de la comédie made in France.

Pierre Tchernia et René Goscinny écrivent un scénario redoutable à la fois sur le portrait de français des années 1930 aux années 1970, et aussi de mécanique de précision incroyablement efficace dans la comédie.

Le film de Pierre Tchernia côtoie par certains aspects (le portrait de français peu reluisants moralement) la comédie à l’italienne. On peut notamment penser à « L’argent de la vieille » (« Lo scopone scientifico« ) de Luigi Comencini tourné lui aussi en 1972, dans lequel une famille tente de s’approprier la fortune d’une américaine par le jeu.
Comme Martinet devient l’obsession des Galipeau, la vieille devient celle de Peppino et Antonia.

L’humour y est noir mais les griffes de René Goscinny et Pierre Tchernia sont quand même moins acérées que celles de Rodolfo Sonego et Luigi Comencini.

Pierre Tchernia a pu rassembler une distribution assez impressionnante en quantité et en qualité.

rueducine.com-le-viager-photo (3)
Bien sûr Michel Serrault est génial en homme qui plus il vieillit meilleure est sa santé.
Mais il ne faut surtout pas oublier Jean-Pierre Darras homme écrasé par sa femme et son frère.
Michel Galabru joue plutôt sobrement un médecin qui par ce qu’il a fait des études a un avis en général erroné sur tout, et des intuitions peu fiables.
Rosy Varte et Odette Laure n’ont rien à envier aux vedettes masculines. Toutes deux sont  brillantes chacune dans son registre. Odette Laure ne femme un peu nunuche, Rosy Varte en femme à poigne qui n’hésite pas à reprocher à chaque repas de famille l’investissement fait par son mari sur les conseils de son frère.

Pierre Tchernia injecte quelques trouvailles dans son récit : des dessins d’enfants (en fait dessinés par Gotlib le père de Gai Luron) ou des chœurs ironiques.

La musique de Gérard Calvi accompagne avec bonheur le film.

 

rueducine.com-le-viager-photo (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

Le montage des actualités qui permet de faire allègrement le saut à travers la IV ème République puis les années de Gaulle et Pompidou. Actualités et marronniers faisaient déjà bon ménage.

L’ANECDOTE

Pierre Tchernia a fait ses débuts au cinéma en tant que co-réalisateur et co-scénariste  de Robert Dhéry sur les films « La belle américaine » 1961 et « Allez France! » 1964.

NOTE : 15/20

Video & Photo

1 videos 6 photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *