rueducine.com-winchester-73-1950
Donne une note à ce film

SYNOPSIS

4 juillet 1876, Lin McAdam et son copain « High Spade » Frankie Wilson entrent à Dodge City. Tous deux pourchassent un homme. Mais à Dodge City la loi tenue de  main ferme par les frères Earp oblige chacun de laisser ses armes dans un local du shérif. Un concours pour gagner une Winchester ’73 hors série aux caractéristiques parfaites est en jeu au de tir à la carabine. Lin McAdam et « Dutch » Henry Brown (un homme que semble connaître défavorablement Lin McAdam) se révèlent être les deux concurrents les plus coriaces à ce jeu…

rueducine.com-winchester-73-photo

CRITIQUE

Chef d’oeuvre du western qui a pour star outre James Stewart, la winchester ’73 série spéciale dite « Une sur mille ». Celle-ci au gré des circonstances (toujours violentes) passe de main en main. Elle est aussi un amplificateur d’une lutte fratricide.

Les scénaristes mais surtout Borden Chase qui a repris avec Anthony Mann une première mouture destinée à Fritz Lang. Celui-ci écarté du projet James Stewart désigne Anthony Mann pour le tourner et Anthony Mann demande à Borden Chase de remanier un scénario qu’il ne trouve pas assez accès sur le fusil à répétition.

Ainsi voit-on ce qu’a pu apporter l’arrivée de la Winchester sur le marché. Donnant une supériorité à celui qui la détient. En particulier sur les populations indiennes. Ainsi le fusil devient-il un symbole parmi bien d’autres (la diligence, le télégraphe, le train…) de la conquête de l’ouest.
Et l’instrument privilégié de la violence dans le pays.

rueducine.com-winchester-73-photo (2)
Anthony Mann trouve de beaux effets de caméra comme ce gros plan sur la winchester posée sur un chariot en marche. Il trouve aussi de superbes plans des deux cavaliers sur la crête des collines en contre-jour. Le noir et blanc est magnifique.

L’interprétation est quant à elle sensationnelle. Bien sûr James Stewart est grandiose et ses montées de violences fulgurantes dont il a le secret sont incroyables.
Mais les seconds rôles sont tout aussi géniaux. Le méchant est formidable. Stephen McNally fait un des meilleurs méchants du western. A noter l’apparition de Rock Hudson en chef indien  et de Tony Curtis en jeune troufion.

C’est une armée mexicaine de compositeurs qui a créé le soundtrack du film. Difficile de savoir qui a écrit quoi.

rueducine.com-winchester-73-poster (2)

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE

A Tascosa dans le saloon situé face à la banque Lin McAdam se trouve face a Waco un des acolytes de Dutch. Désigné par Lola au comptoir il s’approche de lui et l’interroge sur « Dutch » Henry Brown. Quand Waco tente de dégainer Lin est déjà sur lui et lui tord le bras… James Stewart dans toute sa splendeur qui passe de la bonhomie à la violence en une fraction de seconde.rueducine.com-winchester-73-photo (3)

L’ANECDOTE

Borden Chase (1900-1971) est un scénariste célèbre pour la qualité des westerns qu’il a écrit pour le cinéma. « La rivière rouge » (« Red river« ) (1948) de Howard Hawks, « Les Affameurs » (« Bend of the River« ) (1952), « Vera Cruz » (1954) de Robert Aldrich, « L’homme qui n’ a pas d’étoile » (« Man without star« ) (1955) de King Vidor, « Coup de fouet en retour » (« Backlash« ) (1956) de John Sturges.

NOTE : 17/20

Video & Photo

1 videos 7 photos

Write a comment