ARABESQUE (1966)

rueducine.com-Arabesque-1966FILM DE : Stanley Donen
PAYS : GRANDE BRETAGNE
GENRE : Aventures, Thriller, Espionnage
AVEC : Gregory Peck, Sophia Loren, Alan Badel, Kieron Moore, Carl Duering, John Merivale, Duncan Lamont, George Coulouris…
MUSIQUE : Henry Mancini

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Grande Bretagne, Londres années 1960, le professeur David Pollock spécialiste des hiéroglyphes, est contacté par un homme qui vient de subtiliser à un autre homme de science, un message comportant des inscriptions hittites. Le professeur Pollock refuse pour des raisons d’incompatibilité avec son emploi du temps du jour. Mais entre temps Yussef Kassim le premier ministre égyptien lui annonce qu’il se sent menacé et que les personnes qui détiennent le message veulent sûrement attenter à sa vie. Il lui demande de bien vouloir recontacter ces personnes et déchiffrer le message en hititte. Le professeur Pollock se retrouve quasi séquestré dans une vaste demeure où sévit le magnat du pétrole Beshraavi rival de Yussef Kassim, ainsi qu’une belle prisonnière Yasmin Azir…

CRITIQUE : Stanley Donen est un réalisateur américain qui a toujours su donner une valeur esthétique à ses œuvres. Ce film en est peut-être avec « Voyage à deux » un summum formel. Ce qu’il avait commencé avec « Charade » trois ans plus tôt atteint son apogée. Les cadrages sont ultra travaillés la plupart des plans sont pris de façon indirecte (dans un miroir ou un rétroviseur automobile à travers des vitrages de couleurs) et les couleurs primaires (jaunes, rouges, bleues) sont présentes à chaque image. S’en dégage une atmosphère chic rehaussée par la musique de Henry Mancini. Le générique de début signé Maurice Binder donne le ton et rappelle que la production à bien l’intention de damer le pion à James Bond. Mais le film souffre d’un casting pas si opportun. Si Sophia Loren est impeccable en espionne manipulatrice, Gregory Peck à 50 ans commence à faire son âge. Mais le plus dommageable est que le méchant joué par Alan Badel n’est pas suffisamment méchant et frôle parfois la naïveté. Cependant le film est un véritable divertissement qui sait procurer des sensations de satisfactions aux sens des spectateurs.

[display_podcast]

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : La course poursuite dans le zoo de Londres, magistralement mise en scène.

NOTE : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : C’est le couturier français Christian Dior qui habille Sophia Loren dans ce film. Les tenues resteront célébrissimes dans la mémoire cinéphile.

FILMS DE Stanley Donen DEJA COMMENTES :