ARBALÈTE (L’) (1984)

rueducine.com-l-arbalete-1984FILM DE : Sergio Gobbi
PAYS : FRANCE
GENRE : Policier
AVEC : Daniel Auteuil, Marcel Bozzuffi, Marisa Berenson, Michel Beaune, Daniel Ubaud, Guy Di Rigo, Mohamed Ben Smaïl, Alex Descas, Didier Sauvegrain, Joseph Momo…
SCÉNARIO : Sergio Gobbi
MUSIQUE : Jacques Revaux

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Paris milieu des années 1980, des bandes ethniques rivales se disputent le marché de la drogue sur la capitale. Noirs, arabes et chinois multiplient les accrochages alors que la drogue se tarit et que le marché flambe. Deux flics sont mis sur l’affaire. L’un le commissaire Falco est un vieux de la vieille, il emploie des méthodes expéditives et qui ont peu de choses à voir avec la déontologie policière. L’autre, l’inspecteur Vincent est un jeune qui s’oppose aux méthodes de Falco. Tous deux utilisent « L’arbalète » une prostituée droguée qui fréquente les pourvoyeurs de drogue…

CRITIQUE : Sergio Gobbi est un producteur, réalisateur, scénariste et dialoguiste italien qui mène carrière en France. Il s’est spécialisé dans la série B. Avec ce film il ne déroge à la règle.
Bénéficiant pourtant d’un beau casting, auquel il ne rend pas justice avec ce petit polar mal foutu et non crédible.
Dès la première scène qui voit s’affronter un gang de chinois et d’arabes, la mise en scène ridicule plombe le film.
On est effondré pour les acteurs qui visiblement ont été trompés sur les qualités professionnelles de Sergio Gobbi.
Je pense que le scénario devait tenir quelques promesses mais que tout cela a été gâché par des dialogues absurdes d’humour qui tombe à plat, d’une réalisation plate digne des pires films de Terence Hill et Bud Spencer signés Enzo Barboni.
Le tout agrémenté d’une musique de Jacques Revaux digne des films pornographiques français de la même époque.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : L’inspecteur Vincent coince une balance dans les chiottes à la turque d’un bar et lui salope les chaussures d’excréments. Scène mal filmée, dialogues à contre pied par rapport à la mise en scène, jeu des acteurs pas très convaincus de ce qu’on leur demande. Bref la panade totale!

NOTE : 07/20

L’ANECDOTE : Daniel Auteuil cherchait à casser son image de comique façon « Les sous-doués » et enchaînait les polars genre en vogue dans les années 1980 et quasi moribond en France dix ans plus tard.

FILMS DE Sergio Gobbi DÉJÀ COMMENTÉS :