ARIANE (1957)

rueducine.com-arianeFILM DE : Billy Wilder
TITRE ORIGINAL : Love in the afternoon
PAYS : USA
GENRE : Comédie
AVEC : Audrey Hepburn, Cary Grant, Maurice Chevalier, John McGiver, Lise Bourdin, Van Doude…
SCÉNARIO : I.A.L. Diamond, Billy Wilder
MUSIQUE : Franz Waxman

 Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Paris années 1950, Ariane, jeune demoiselle, vit avec son père Claude Chavasse veuf et détective privé, rive gauche de la capitale. Elle est violoncelliste au conservatoire. Un cocu vient visiter son père qui lui montre photos à l’appui que sa femme se rend tous les soirs au Ritz dans la suite tenue par un riche américain nommé Flannagan, célèbre pour ses conquêtes féminines diverses et variées sur tous les continents. Le cocu est fermement décidé à faire cesser la situation à coup de revolver. Ariane décide de prévenir Flanagan qu’il est en danger de mort. Mais elle tombe sous le charme du fringant quinquagénaire…

CRITIQUE : Comédie très amère sur l’amour fascination entre deux personnes d’âge différent. Ce qui semble être un sujet assez récurrent chez cet auteur mais surtout son scénariste qui signa ses plus belles comédies. A savoir I.A.L. Diamond voir: « Certains l’aiment chaud » (« Some like it hot« ) (1959) « La garçonnière » (« The appartment« ) (1960), « Avanti ! » (1972) et « Embrasse-moi idiot » (« Kiss me, stupid« ).
Le scénario est brillant et subversif. Le film a choqué en son temps. Jusqu’au bout le personnage interprété par Gary Cooper reste un invétéré coureur de jupons. Tandis que la belle Ariane (magnifique Audrey Hepburn) elle est de plus en plus au long du film attirée par cet homme qui devrait avoir tout pour la repousser: Volage, machiste, cynique.
Maurice Chevalier en détective privé tire bien son épingle du jeu, et son américain mâtiné d’accent de titi parisien est un pur régal.
En fait la comédie du film tourne surtout autour des allées et venues dans les couloirs du Ritz et des quatre musiciens tziganes qui animent les soirées légères de Frank Flanagan.
Alexandre Trauner est à la décoration et son Paris de carte postale est charmant.
La musique de Franz Waxman est purement illustrative. Billy Wilder utilise surtout la chanson « Fascination » musique (1904) paroles (1905) publiée en 1932.

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Le père d’Ariane par son métier de détective et son bon sens finit par découvrir que la femme que lui demande de retrouver Flanagan est sa propre fille. Une merveille d’écriture cinématographique.

NOTE : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Pour faire à cette époque avaler la pilule de l’enlèvement final d’Ariane par Flanagan, a été rajouté une voix off rassurante car annonçant que le mariage allait être célébré dans les jours suivants sur la Riviera.

FILMS DE Billy Wilder DEJA COMMENTES :