rueducine.com-Claude RichNé à Strasbourg mais très vite devenu parisien, ce jeune catholique pendant l’occupation suit des cours de théâtre en pension. Il participe en 1945 activement à la libération de Paris comme « vas-y-dire » (passeur de message).  Après avoir été quelques temps employé de banque, en 1953 il rentre au conservatoire  supérieur d’art dramatique. Il fréquente Jean-Paul Belmondo, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Cremer…
En 1955 il commence à tourner un petit rôle dans « Les grandes manœuvres » de René Clair. Très vite il atteint le rang de second rôle. « Le caporal épinglé » (1961) de Jean Renoir ou « Tout l’or du monde » de René Clair. En 1963 il tourne dans ce qui deviendra bien des année plus tard une comédie culte « Les tontons flingueurs » de Georges Lautner.
Mais l’essentiel de sa carrière se fait au théâtre qu’il privilégiera face au cinéma.
Ce qui ne l’empêche pas de tourner avec les plus grands réalisateurs français de son époque : Julien Duvivier « La chambre ardente » (1961), Edouard Molinaro, « Oscar » (1967), « Le souper » (1992) Jean-Pierre Mocky « Les compagnons de la marguerite » (1967), François Truffaut « La mariée était en noir » (1968), Arueducine.com-Claude Rich (2)lain Resnais « Je t’aime, je t’aime » (1968) « Stavisky » (1974), Pierre Granier-Deferre « Adieu poulet » (1975), Pierre Schoendoerffer « Le crabe-tambour » (1977), Robin Davis « La guerre des polices » (1979); Bertrand Tavernier « La fille de d’Artagnan » (1994) « Capitaine Conan » (1996), Bertrand Blier « Les acteurs » (2000), Bruno Podalydès  « Le mystère de la chambre jaune » (2003) »Le parfum de la dame en noir » (2005)…
Il fait aussi une carrière à la télévision où il tourne dans une petite vingtaine de téléfilms.
Claude Rich nous quitte à 88 ans.
Je me souviendrai toujours de lui dans « La fille de D’Artagnan » où il joue le rôle de Crassac un noble qui complote contre Louis XIII, trafiquant d’esclave et d’épices et crétin patenté. Magistral!