rueducine.com-roger-moore-1L’acteur au 7 James Bond (record d’interprétation à ce jour inégalé) n’est plus.
Enfant de la banlieue londonienne, fils de policier et de caissière, ce fils unique suit des études mais n’obtient pas de diplôme universitaire. Il s’enrôle donc dans l’armée, au tout début de la guerre froide, pour devenir officier. Il est muté en Allemagne de l’Ouest et dirige comme capitaine un dépôt.
Mais un grave accident de la circulation le contraint à repenser sa carrière. Il s’oriente vers l’art dramatique et finit par entrer dans la prestigieuse Royal Academy of Dramatic Art. Signe du destin? Il se lie d’amitié avec Loïs Maxwell (1927-2007) actrice qui va officier en tant que Miss Moneypenny dans la saga des James Bond de 1962 à 1985.

Roger Moore se fait connaître à la télévision tout d’abord par la série « Ivanhoé » (1958-1959). Mais il acquiert une célébrité mondiale avec la série « Le saint » (1962-1969) Il enchaîne avec deux saisons d’une série qui aux Etats-Unis n’est même pas diffusée jusqu’au terme des 24 épisodes. Malgré un casting prestigieux, (Tony Curtis donne la réplique à Roger Moore) des conditions de tournage assez exceptionnelles en extérieurs, un générique d’enfer avec la musique entêtante dsignée et un humour prononcé, la série est un flop commercial.
L’échec est cinglant pour « Amicalement votre » aujourd’hui devenue série cultissime.rueducine.com-tony-curti-roger-moore
Roger Moore qui à cause de ses contrats avait déjà par deux fois refusé le rôle de James Bond finit par l’accepter pour « Vivre et laisser mourir »  (« Live and let die« ) (1973), il tournera encore 6 films de la saga, le dernier étant « Dangereusement votre » (« A view to a kill« ) (1985).
Les puristes « Bondiens » préféreront le style de Sean Connery dans le costume de l’agent 007. Sous Roger Moore on reprochera une auto parodie trop appuyée et un style de plus en plus mollasson l’âge avançant.

L’acteur sera surtout demandé pour des films d’action en 1970 il tourne ce que Roger Moore estime comme son meilleur rôle « La seconde mort d’Harold Pelham » (« The Man who Haunted Himself« ) (1970) de Basil Dearden  film qui passe complètement inaperçu.
Il obtient plus de succès avec « Les oies sauvages » (« The wild geese« ) (1978) de Andrew McLaglen, « Les loups de haute mer » (« North Sea Hijack« ) (1979) d’Andrew V. McLaglen, Bons baisers d’Athènes (« Escape to Athena« ) (1979) de George Pan Cosmatos et Le Commando de sa Majesté (« The Sea Wolwes« ) (1980) de Andrew McLaglen.

La carrière s’étiole rapidement après son dernier rôle en tant que James Bond. Il n’obtiendra plus de succès planétaire « Double arnaque » (« Bullseye ») (1990) de Michael Winner reste le dernier film notable de Roger Moore.rueducine.com-roger-moore-2