rueducine.com-Sam ShepardArtiste aux multiples talents.
Au début des années 1960 il écrit des pièces de théâtre. C’est sa trilogie sur l’ouest et la famille « Curse of the starving class » (1976), « Buried child », 1979 et « True west », 1980 qui le font connaître et qui pousse Hollywood à s’intéresser à cet auteur de scénarios potentiel.
Sa première action d’éclat est d’avoir participé à l’écriture de « Zabriskie Point » (1970) de Michelangelo Antonioni aux côtés Franco Rossetti et Tonino Guerra. Le film se déroulant aux Etats-Unis il est le garant de la crédibilité du scénario.
En 1984 il adapte sa propre pièce de théâtre pour le réalisateur allemand Wim Wenders « Paris Texas« . Le film reçoit la palme d’or au festival de Cannes. rueducine.com-palme-d-or
L’année suivante il adapte une autre de ses pièces pour Robert Altman « Fool for love » dans lequel il tient aussi le rôle principal masculin aux côtés de Kim Basinger.
Il réalise deux films : le très peu connu « Far north » (1988) et le western « Le gardien des esprits » (« Silent tongue« ) (1994).
Mais Sam Shepard ne s’est pas contenté d’écrire ou de réaliser pour le cinéma. Il a aussi été un grand acteur. Nous rappelons ici quelques grands films dans lesquels il a joué :
« Les moissons du ciel » (« Days of heaven« ) (1978) de Terrence Malick,
« Frances » (1982) de Graeme Clifford,
« L’étoffe des héros » (« The right stuff« ) (1983) de Philip Kaufman,
« Coeur de tonnerre » (« Thunderheart« ) (1992) de Michael Apted,
« L’affaire pélican » (« The pelican brief« ) (1993) de Alan J. Pakula,
« The pledge » (2001) de Sean Penn,
« La chute du faucon noir » (« Black Hawk down« ) (2002),
« L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford » (2006) de Andrew Dominik,
« Fair game » (2010) de Doug Liman,
« Mud, sur les rives du Mississippi » (« Mud« ) (2012) de Jeff Nicholsrueducine.com-Sam Shepard (2)

Sam Shepard décède le 27 juillet 2017 de la maladie de Charcot.