BRANCALEONE S’EN VA-T’AUX CROISADES (1970)

rueducine.com-Brancaleone-s-en-va-t-aux-croisades-1970FILM DE : Mario Monicelli
TITRE ORIGINAL : Brancaleone alle crociate
PAYS : ITALIE
GENRE : Aventures, Comédie, Comédie à l’italienne, Cape et épée
AVEC : Vittorio Gassman, Paolo Villaggio, Luigi Proietti, Adolfo Celi, Stefania Sandrelli, Beba Loncar, Lino Toffolo, Gianrico Tedeschi…
SCÉNARIO : Age & Scarpelli, Mario Monicelli
MUSIQUE : Carlo Rustichelli

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Moyen-âge en Italie Brancaleone à la tête d’une armée décide d’aller sauver Jérusalem des mains des sarrasins. Arrivés sur une plage, ils investissent un bateau abandonné, le temps d’une chansonnette entonnée pour se donner du courage pour ramer et déjà ils arrivent en terre sainte. Mais un berger rencontré les éclaire: ils n’ont en fait que traversé un lac…

CRITIQUE : Le trio Mario Monicelli, Age et Scarpelli, quatre années après l’incroyable succès de « L’armée Brancaleone » récidive et n’ y vont pas avec le dos de la cuillère. Le scénario est alerte et inventif et est un mélange parfait de burlesque, de réflexion philosophique, d’invention linguistique (à voir en version originale impérativement). Le trio envoie Brancaleone chevalier crédule et matamore au verbe grandiloquent et aux actions d’éclat rocambolesques et parfois ridicules. Le film est un plaidoyer de tolérance, une charge anti religieuse, et pacifiste. On peut le classer dans le genre comédie à l’italienne même si ce film est atypique par rapport à ce genre qui se veut plutôt ancré dans une réalité sociale contemporaine.
Le film repose sur les épaules du grandissime Vittorio Gassman qui trouve un personnage à sa démesure. Le voici affublé d’une perruque, d’une épée énorme, et d’une idée fixe: libérer Jérusalem entouré d’une poignée de gueux bêtes et lâches, d’un mercenaire allemand prompt à la traîtrise, d’un pêcheur (au sens religieux) masochiste, d’un nain mécontent de son sort, d’une sorcière d’une grande beauté, et d’un nourrisson braillard. L’acteur fait appel à son histrionisme et offre au spectateur amusé un jeune cousin de Don Quichotte.
La distribution des seconds rôles est tout aussi impressionnante: Luigi Proietti grand acteur transalpin méconnu en France assume pas moins de trois rôle. Adolfo Celi connu pour son rôle de Emilio Largo dans « Opération Tonnerre« , joue ici le roi Boemondo de Sicile qui parle un mélange d’italien et de dialecte sicilien en vers octosyllabe, dans un costume flambant neuf aux couleurs éclatantes issu du théâtre des Pupi siciliani.
Paolo Villagio lui aussi méconnu en France est sensationnel en mercenaire allemand couard et traître. Enfin Stefania Sandrelli et Beba Loncar sont la touche féminine du film. Si Beba Loncar est plus présente pour sa plastique blonde, Stefania Sandrelli interprète une sorcière sexy et plus magicienne qu’autre chose.
La musique de Carlo Rustichelli se base sur les chœurs virils de l’armée de Brancaleone qui soulignent à intervalles réguliers la geste du héros et de ses fidèles. Superbe travail.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Brancaleone invoque la mort après un terrible échec. Et  la Mort vient le chercher. Pris de court Brancaleone réclame un sursis. Vittorio Gassman immense, hallucinant, génial…

NOTE : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Le film n’eut pas le succès de « L’armée Brancaleone« . Sans pour autant être un échec.

FILMS DE Mario Monicelli DÉJÀ COMMENTÉS :