rueducine.com-babes-in-toyland-1934

Le buddy movie (film de copains) a existé depuis bien longtemps. Il s’agit de mettre côte à côte deux hommes aux différences physiques et morales prononcées et de les lancer dans une histoire dans laquelle ils ont le même but. Ce peut-être un film comique ou policier qui sont les deux genres les plus utilisés dans ce domaine. Le buddy movie permet d’introduire de la comédie dans un film policier en jouant sur le contraste des caractères et  (ou) du physique des deux personnages.

Les films de Stan Laurel et Oliver Hardy dans les années 1920-1930 sont déjà des buddy movie.

De même Jack Lemmon et Walter Matthau ont aussi tourné dans des comédies de buddy movie comme « La grande combine » et « buddy buddy » de Billy Wilder dans les années 1960.

Mais le genre a été réellement exploité à Hollywood à partir des années 1980 dans le genre policier: le buddy movie cop. Cela permettant dans des films de plus en plus violents d’introduire des moments de répit par de la comédie de caractère, notamment avec des films comme « 48 heures » de Walter Hill et sa suite « 48 heures de plus » avec Nick Nolte et Eddie Murphy, « Midnight run » de Martin Brest avec Robert De Niro et Charles Grodin, un chasseur de prime taciturne ramène de New York à Los Angeles un comptable de la mafia hâbleur.
« L’arme fatale » (« Lethal weapon« ) (1987) de Richard Donner et ses trois suites avec Danny Glover et Mel Gibson, deux flics l’un suicidaire, l’autre à quelques jours de la retraite.
« Randonnée pour un tueur » (« Shoot to kill« ) (1988) de Roger Spottiswoode avec Sidney Poitier et Tom Berenger, un flic et un montagnard traquent un tueur dans les massifs de la frontière avec le Canada.
« Double détente » (1988) de Walter Hill avec Arnold Schwarzenegger et James Belushi, oppose les méthodes d’un flic venu d’URSS et un flic de Chicago dans un contexte historique de Perestroïka et de Glasnost lancées par Mikhaïl Gorbatchev.
« Tango & Cash » de Andrei Konchalowski avec Sylvester Stallone et Kurt Russell, deux flics rivaux à propos de leur efficacité et de leurs résultats doivent s’unir pour lutter contre un baron de la drogue.

« Le dernier samaritain » (« The last boy scout« ) (1991) de Tony Scott avec Bruce Willis et Damon Wayans allie un ex des services secrets alcoolique et un sportif de haut niveau ainsi que « Ennemi d ‘Etat » avec Gene Hackman et Will Smith, qui rassemble un homme traqué grâce à la technologie et un homme spécialiste de ces technologies de surveillance qui vit reclus. ces deux films sont de Tony Scott.
Premier buddy movie hors blackxploitation avec deux acteurs noirs: « Bad boys » de Michael Bay et sa suite avec Martin Lawrence et Will Smith, qui ne pouvant pas jouer sur la différence de couleur de peau et les codes racistes ou non, ne joue que sur la gouaille de l’un et la réserve de l’autre.

« Une journée en enfer » de John MacTiernan avec Bruce Willis et Samuel L. Jackson, qui allie un flic et un chauffeur de taxi, permet de relancer les aventures d’un flic qui fut solitaire dans les deux films précédents face à des terroristes.

Le buddy movie connaît des variantes avec un homme et une femme. « Comme un oiseau sur la branche » de John Badham avec Mel Gibson et Goldie Hawn course poursuite endiablée ou  « Au revoir à jamais » de Renny Harlin avec Geena Davis dans un rôle très masculin et Samuel L. Jackson, réunit une ex-agent des services secrets amnésique et un détective privé un peu à la ramasse.
« L’île aux pirates » autre film de Renny Harlin avec Geena Davis et Matthew Modine, buddy movie qui investit le film de pirates.

Mais l’association homme femme dans un buddy movie a existé déjà dans les années 1950 avec deux films de John Huston: « L’odyssée de l’African Queen » avec Humphrey Bogart et Katharine Hepburn un boat movie pendant la première guerre mondiale, et « Dieu seul le sait« , avec Robert Mitchum et Deborah Kerr sur une île du pacifique un soldat naufragé et une bonne sœur luttent contre les japonais.
Avec « L’épreuve de force » Clint Eastwood en réalise un très bon avec pour partenaire Sondra Locke.

Puis Robert Zemeckis dans « A la poursuite du diamant vert«   réalise une comédie tonitruante. Il fait tourner Michael Douglas et Kathleen Turner dans cette comédie d’aventures.

« Rush hour » et ses deux suites avec Jackie Chan et Chris Tucker deux flics l’un venu de Chine l’autre noir américain premier buddy movie américain avec deux têtes d’affiches de race différente sans qu’un seul des deux ne soit blanc…

Certains buddy movies peuvent être 100% féminin comme « Thelma et Louise » de Ridley Scott avec Susan Sarandon et Geena Davis.

D’autres sont moitié humain, moitié animal comme « Turner & Hooch » de Roger Spottiswoode ou  « Chien de flic » de Rod Daniel avec James Belushi ou bien moitié dessin animé et moitié humain comme « Qui veut la peau de Roger Rabbit ? » de Robert Zemeckis avec Bob Hoskins.

Dans le genre pas terrible on trouve « Haut les flingues » de Richard Benjamin avec Clint Eastwood et Burt Reynolds. Dommage car l’association de ces deux acteurs réputés pour leur film d’actions aurait pu être très fructueuse.
Le plus mauvais des buddy movie cop est certainement le très attendu (pour la réunion des deux têtes d’affiche) « La loi et l’ordre » de Jon Avnet avec Al Pacino et Robert de Niro. Tout y tombe à plat humour et suspense.

En Italie des films comme « Le fanfaron » avec Vittorio Gassman et Jean-Louis Trintignant, « La marche sur Rome » avec Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi.
Mais aussi dans le western italien dont Sergio Leone s’est fait une spécialité: « …et pour quelques dollars de plus« , avec Clint Eastwood et Lee Van Cleef,  « Il était une fois dans l’ouest » avec Charles Bronson et Jason Robards, et « Il était une fois la révolution » avec James Coburn et Rod Steiger. D’autres films comme « El Chuncho« , « Et viva la révolution« , « Le dernier jour de la colère« , « Le dernier face à face » sont basés sur l’association de deux personnages antagonistes (souvent un blanc et un mexicain) même si la fin peut s’avérer fatale pour l’un des deux)
Le poliziottesco offre en Italie dans un genre plus noir tel que le film « La poursuite implacable » de Sergio Sollima qui réunit un truand et un flic pour parvenir au même but.

En France les buddy movie célèbres sont: « Le corniaud » (1965) et « La grande vadrouille » (1966) avec Louis de Funès et André Bourvil ainsi que « La folie des grandeurs » (1971)avec Louis de Funès et Yves Montand, « Le cerveau » (1969) avec Jean-Paul Belmondo et André Bourvil tous quatre sont des films de Gérard Oury qui en a fait bien d’autres mais bien moins réussis comme « La carapate » (1978), « Lévy et Goliath » (1987)
Un autre spécialiste français du Buddy movie est Francis Veber notamment avec sa trilogie avec Pierre Richard et Gérard Depardieu: « La chèvre » (1981), « Les compères » (1983), « Les fugitifs » (1986). Mais aussi « Le dîner de cons » (1998) avec Thierry Lhermitte et Jacques Villeret. Edouard Molinaro a réalisé sur un scénario de Francis Veber « L’emmerdeur » (1973) avec Lino Ventura et Jacques Brel.
De nos jours en France Eric Toledano et Olivier Nakache se sont lancés dans ce genre de comédie avec « Je préfère qu’on reste amis » (2005) et leur grande réussite qu’est « Intouchables » (2011) avec François Cluzet et Omar Sy.

Lino Ventura a participé a d’autres buddy movie par exemple « Adieu poulet » (1975) de Pierre Granier-Deferre avec Patrick Dewaere, « Les aventuriers » de Robert Enrico avec Alain Delon et « Le ruffian » de José Giovanni avec Bernard Giraudeau.

Claude Zidi s’y est aussi essayé en réalisant « Les ripoux » (1984) et ses deux suites avec Philippe Noiret et Thierry Lhermitte.

A noter aussi que Jean-Paul Belmondo a participé à quelques buddy movie: « Un singe en hiver » de Henri Verneuil avec Jean Gabin, « Borsalino » de Jacques Deray avec Alain Delon où ils jouent Capella et Siffredi (en fait Carbone et Spirito) de célèbres truands marseillais qui ont défrayé la chronique dans les années 1930 et le très raté « 1 chance sur 2 »  de Patrice Leconte atoujours avec Alain Delon et aussi Vanessa Paradis en mal de pères dans le film.
Patrice Leconte s’était déjà essayé au buddie movie cop avec « Les spécialistes » dont les rôles sont tenus par Bernard Giraudeau et Gérard Lanvin. Film dans lequel un flic et un truand cassent un casino pour faire tomber un grand ponte de la mafia de la côte d’Azur.