CACTUS (LE) (2005)

rueducine.com-le-cactus-2005FILM DE : Michel Munz & Gérard Bitton
PAYS : FRANCE
GENRE : Comédie
AVEC : Clovis Cornillac, Pascal Elbé, Alice Taglioni, Pierre Richard, Jean-Pierre Darroussin, Christian Charmetant…
MUSIQUE : Michel Munz

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : France, années 2000 Patrick et Sami sont deux amis d’enfance. Problème Sami est hypocondriaque et en fait subir les conséquences à Patrick et sa fiancée Justine. Sami est persuadé d’être atteint d’une maladie incurable et qu’il lui reste trois mois à vivre. Il décide d’amener son ami et sa copine à la montagne pour une dernière virée de ski. Hélas il y a tempête de neige, et tandis que Patrick gagne au casino, Justine prise de pitié pour Sami veut lui donner un ultime plaisir sexuel. Mais Patrick surgit et les découvre en position compromettante. Le séjour tourne court. Sami amoureux de Justine décide de tenter de se soigner. Il décide de partir pour l’Inde où un seul médecin ayurvédique peut le sauver. Patrick met entre parenthèse son boulot et ayant quitté Justine décide de suivre Sami son ami dont il se sent un peu responsable. Bien entendu ils iront de déboires en catastrophes…

CRITIQUE : Cette comédie fait largement penser à celles de Francis Veber mettant en scène des duos masculins antagonistes. Le film a quand même du mal à démarrer ce n’est qu’au bout de vingt bonnes minutes et l’arrivée en Inde de Sami et Patrick que le film atteint son rythme de croisière et gagne en intensité et en intérêt ainsi qu’en comédie. Clovis Cornillac est à l’aise dans la comédie et c’est plus lui qui a le rôle d’Auguste tandis que Pascal Elbé serait le clown blanc. Comédie plutôt réussie et de bon aloi. Bon point pour les seconds rôles indiens très bons comédiens. A noter une apparition de Pierre Richard en gourou fumeur de joints. La musique de Michel Munz est agrémentée de quelques tubes indies qui donnent un style pêchu au film.

Lire plus de critiques dans SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Sami et Patrick pensant arriver dans un hôtel avec chambre individuelles se retrouvent dans un dortoir. Le tenancier leur expliquant en anglais que : « no room, no room, dormitory! » à se tordre de rire.

NOTE : 13/20

L’ANECDOTE : D’après les deux auteurs, le film est basé sur une question simple: que ferait-on si l’on apprenait qu’il ne nous restait plus que trois mois à vivre ?

FILMS DE Michel Munz & Gérard Bitton DEJA COMMENTES :