rueducine.com-catherine-deneuveNée Catherine Dorléac, elle se lance dans le cinéma en 1957 pour suivre sa sœur Françoise, puis enchaîne les rôles, rencontre Roger Vadim, se marie avec lui et devient une actrice très demandée.

FILMOGRAPHIE NON EXHAUSTIVE:

En 1964 c’est sa première rencontre avec Jacques Demy avec qui elle tourne « Les parapluies de Cherbourg« . Le réalisateur impose la comédie musicale à la française dont il sera l’unique représentant.

En 1965 premier grand rôle tragique. Elle joue à Londres une schizophrène, qui finit par assassiner son amant dans « Répulsion » de Roman Polanski. Interprétation impressionnante pour Catherine Deneuve qui prouve ses grands talents d’actrice.

Premier grand rôle comique en 1966 avec Philippe Noiret  dans « La vie de château » de Jean-Paul Rappeneau. L’ingénue fait tourner la tête des hommes qui lui tournent autour.

En 1967 ce sont « Les demoiselles de Rochefort » de Jacques Demy qui consacreront les deux sœurs Dorléac en jumelles en quête d’amour. Gros succès. La musique du film signée Michel Legrand fait le tour du monde. Un grand vent de fraîcheur et d’insouciance remplit les salles de cinéma d’une France en quête de liberté.

C’est aussi l’année où Catherine Deneuve rencontre Luis Buñuel avec qui elle tourne « Belle de jour »    qui  installera son image de blonde froide qu’elle gardera longtemps bien malgré elle.

1969 François Truffaut la fait jouer aux côté de Jean-Paul Belmondo dans « La sirène du Mississipi« . Premier rôle noir de femme fatale. Une forte liaison se nouera entre eux.

Catherine Deneuve retrouve Luis Buñuel et Fernando Rey pour « Tristana » en 1970, où elle finit le film unijambiste. La même année elle tourne « Peau d’âne » un conte de fée musical de Jacques Demy. la recette du gâteau d’amour sera un tube radio.

En 1971 elle tourne avec Marcello Mastroianni dans « Liza« , film osé de Marco Ferreri dans lequel Catherine Deneuve tue le chien de l’homme qu’elle aime pour prendre sa place. Elle entame ainsi une carrière italienne.

Marco Ferreri la rappellera pour un western français, en 1974, dans le trou des Halles de Paris alors en travaux. Sitting Bull, Buffalo Bill, le général Custer au milieu des tracto-pelles… c’est « Touchez pas à la femme blanche ! » Philippe Noiret, Marcello Mastroianni, Serge Reggiani, Michel Piccoli… du beau linge!

La même année elle tourne pour Mauro Bolognini dans « La grande bourgeoise » (« Fatti di gente perbene« ) avec Giancarlo Giannini, Fernando Rey et Tina Aumont. Magnifique drame bourgeois bénéficiant d’une reconstitution de décors et costumes exceptionnels. Ennio Morricone musicalise le film et y met tout son génie.

Catherine Deneuve dans « Le sauvage » de Jean-Paul rappeneau (1975) joue à cent à l’heure une emmerdeuse, qui vient perturber la vie d’un Robinson-Yves Montand-Crusoé volontaire du XX° siècle. Grande comédie.

En 1976 Claude Lelouch l’appelle pour « Si c’était à refaire » premier rôle de maman. Anouk Aimée est de la partie. Et premier rôle « romantique ».

Dino Risi fait appel à l’actrice pour interpréter avec Vittorio Gassman l’étrange couple vénitien de « Âmes perdues » (« Anima persa« ). Thriller psychologique qui peut dérouter le spectateur habitué aux comédies à l’italienne du réalisateur.

1979, elle joue une détective privée dans un film de Hugo Santiago « Ecoute voir« . Film à la fois passionnant et étrange et parfois abscons.

Cette même année Claude Lelouch la rappelle pour « A nous deux« . dans ce film elle joue une prostituée qui arnaque ses clients en leur faisant du chantage. Elle doit fuir la police française en compagnie de Jacques Dutronc qui interprète un truand en cavale jusqu’au Canada.

1980 première rencontre avec Gérard Depardieu en tueur imprévisible, auprès de Yves Montand. C’est « Le choix des armes » avec à la réalisation un maître du polar à la française, Alain Corneau.

C’est aussi l’année du film « Le dernier métro » de François Truffaut. 10 césars dans la besace!

Dont meilleure actrice

André Téchiné tourne pour la première fois avec Catherine Deneuve dans « Hôtel des Amériques » avec Patrick Dewaere, en 1981.

En 1982 Tony Scott frère de Ridley tourne avec elle et David Bowie ainsi que Susan Sarandon, « Les prédateurs » (« The hunger« ). Elle incarne une vampire qui vit depuis l’ère Égyptienne et dont les amants qu’elle a eu à travers les siècles, vont se rebeller contre elle. Beau film massacré par la critique.

« Fort Saganne » en 1984, retrouvailles avec Alain Corneau et Gérard Depardieu mais dans un second rôle. Avec Philippe Noiret, Sophie Marceau et Florent Pagny.

André Téchiné tourne « Le lieu du crime » (1986). Le film est bancal, avec un rôle trop important pour un personnage secondaire. Mais la photographie est belle. Et Deneuve d’une beauté sublime.

La même année elle tourne en Italie pour le grand Mario Monicelli qui a perdu de sa superbe. Elle retrouve Philippe Noiret dans « Pourvu que ce soit une fille » (« Speriamo che sia femina« ). Film féministe qui se débarrasse des hommes au long du métrage. Le casting féminin est international.

1987, l’iconoclaste Jean-Pierre Mocky, lui met une perruque bouclée sur la tête, et la fait tourner dans son meilleur film: « Agent trouble« .

Catherine Deneuve et Gérard Depardieu co-produisent le formidable premier film de François Dupeyron: « Drôle d’endroit pour une rencontre » (1988). Elle joue une femme larguée par son mari sur une aire d’autoroute, et qui pense qu’il reviendra la chercher. Mon film préféré dans la carrière de Catherine Deneuve.

1992, elle tourne un de ses rôles les plus plébiscités par le public, dans « Indochine » de Régis Wargnier. Vincent Perez, Jean Yanne, Linh Dan Pham et Dominique Blanc partagent l’affiche. Elle reçoit une nomination à l’obtention de l’Oscar de la meilleure actrice, mais pas la statuette.de la meilleure actrice. Le film reçoit 7 césars.

Elle enchaîne avec un autre grand rôle dans un tout autre genre dans le film d’André Téchiné « Ma saison préférée » avec Daniel Auteuil, Marthe Villalonga ainsi que sa fille Chiara Mastroianni.

1996, elle retrouve son cinéaste fétiche, André Téchiné pour un nouveau grand rôle dans « Les voleurs » avec Daniel Auteuil, Laurence Côte, Benoît Magimel, Didier Bezace et Fabienne Babe. Elle joue une prof de fac qui tombe amoureuse d’une petite délinquante. Trés bon film.

1998 nouveau grand rôle pour Catherine Deneuve dans un film de Nicole Garcia, « Place Vendôme« , elle incarne une femme alcoolique qui doit reprendre la bijouterie de luxe de son mari qui s’est suicidé. un film sur le gangstérisme à col blanc avec en toile de fond le trafic de diamants. au générique: Jacques Dutronc, Emmanuelle Seigner, Jean-Pierre Bacri, Bernard Fresson et François Berléand. Très très beau rôle et très très beau film.

L’année suivante grosse année de tournages. 3 films de niveau artistique élevé « Le vent de la nuit »  de Philippe Garrel, « Pola X » de Léos Carax et « Le temps retrouvé » de Raul Ruiz. Et Une comédie un peu nanar de Gabriel Aghion: « Belle maman« .

Enfin elle retrouve Régis Wargnier, pour un second rôle dans « Est-Ouest« , avec Sandrine Bonnaire et Oleg Menchikov.

En 2000 Lars Von Trier lui offre un second rôle auprès de la chanteuse Björk dans « Dancer in the dark« . Palme d’or

à Cannes et prix d’interprétation pour Björk. Film âpre.

François Ozon réuni un casting de femmes en 2002 pour « Huit femmes » Outre Catherine Deneuve figurent: Danielle Darrieux, Fanny Ardant, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart, Firmine Richard, Virginie Ledoyen et Ludivine Sagnier. Film un chouïa surestimé par la critique. Comédie sympathique.

Cette année-ci elle tourne pour la réalisatrice Tonie Marshall « Au plus près du paradis » avec William Hurt, Bernard Lecoq, Hélène Fillières et Gilbert Melki. Un film dont le tournage initialement prévu aux USA, s’est finalement déroulé au Canada, aprés les attentats du 11 septembre. Beau film.

2005 Catherine Deneuve joue dans une parodie de la cour d’Angleterre « Palais Royal » de et avec Valérie Lemercier, avec Lambert Wilson, Michel Aumont, Mathilde Seigner, Michel Vuillermoz, Denis Podalydés et Gilbert Melki. Sans grand intérêt mais le succès en salles est bel et bien là.

Catherine Deneuve  pendant les années 2000 tourne beaucoup avec de jeunes réalisateurs comme Thierry Klifa, Charles Haid, Gaël Morel, Laetitia Colombani, David Charhon, Julie Lopes-Curval.

« Après lui » (2007) de Gaël Morel est un exemple de ces petits films pour lesquels Catherine Deneuve n’hésite pas à s’investir sachant très bien que le film ne sera pas un carton au box-office, mais on peut dire qu’elle est dans son rôle d’actrice-star qui offre son aura pour aider au lancement de jeunes talents. Cependant le film de Gaël Morel est plutôt une déception.

André Téchiné appelle pour la 6ème fois Catherine Deneuve devant sa caméra pour le rôle de la mère d’une jeune femme affabulatrice dans « La fille du RER » (2009). Catherine Deneuve comme toujours avec le réalisateur est magnifique.

L’actrice retrouve François Ozon pour « Potiche » (2010) adaptation d’une pièce de théâtre, plutôt réussie qui se situe à la fin des années 1970. Elle interprète une femme de chef d’entreprise qui prend le pouvoir à la faveur d’une grève et d’une défection de son mari. Avec Fabrice Luchini, Judith Godrèche, Jérémie Rénier. Gros succès populaire.C’est l’occasion de retrouver aussi Gérard Depardieu qui est l’acteur avec lequel la grande Catherine a le plus joué.

En 2012 elle tourne dans « Astérix & Obélix » au service de sa Majesté » (2012) de Laurent Tirard. Elle y interprète la reine des bretons (?!?). Le scénario issu de deux albums de bande dessinée des aventures d’Astérix le gaulois, frise la catastrophe. Par chance son rôle est assez minime pour qu’on puisse lui reprocher quoique ce soit sur son influence à tirer le film vers le bas.

En 2013 « Elle s’en va » de Emmanuelle Bercot est un film somme toute inintéressant, mais Catherine Deneuve parvient à sublimer son personnage et ses scènes.

2014 est plutôt une bonne année pour Catherine Deneuve. Elle tourne « Dans la cour » de Pierre Salvadori. Une comédie douce amère avec des personnages largués par la vie. Elle y interprète une femme qui perd la raison et y est magnifique. Elle nous rappelle avec ce rôle les prouesses d’interprétation qu’ont été « Répulsion » « Tristana » ou « Belle de jour« .

Puis elle retrouve à nouveau André Téchiné pour « L’homme qu’on aimait trop » basé sur un fait divers (le réalisateur semble vouloir ausculter les âmes perturbées à travers le prisme de faits réels qui défrayèrent la chronique.
Ici elle interprète la mère d’une jeune femme qui disparaîtra du jour au lendemain. Le scénario tente de faire la lumière sur les relations ante disparition entre Maurice Agnelet (soupçonné de l’assassinat de la jeune femme) Agnès Leroux (qui disparaîtra) et Renée Leroux propriétaire d’un casino pressurée par la mafia.

En 2017 tourne pour Martin Provost « Sage femme« . C’est encore un grand rôle pour Catherine Deneuve, qui joue une femme atteinte d’une tueur cérébrale et qui passe outre les recommandations pour brûler le peu de vie qui lui reste.
Le film déçoit cependant pour la pauvreté de son scénario.

2017 est une année faste pour Catherine Deneuve. Pas moins de 5 films qui sortent cette année.
Pour Florence Quentin elle retrouve Gérard Depardieu dans « Bonne pomme« . Tout petit film où abonnée au rôle de femme border line elle parvient encore à étonner.
rueducine.com-Catherine-Deneuve-2