CES MERVEILLEUX FOUS VOLANTS DANS LEURS DRÔLES DE MACHINES (1965)

rueducine.com-ces-merveilleux-fous-volants-dans-leurs-droles-de-machines-1965FILM DE : Ken Annakin
TITRE ORIGINAL : Those magnificent men in their flying machines, or how i flew from London to Paris in 25 hours and 11 minutes
PAYS : GRANDE BRETAGNE
GENRE : Aventures, comédie
AVEC : Stuart Whitman, James Fox, Sarah Miles, Alberto Sordi, Robert Morley, Gert Fröbe, Terry Thomas, Jean-Pierre Cassel, Eric Sykes, Irina Demick, Benny Hill…
MUSIQUE : Ron Goodwin

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Angleterre, 1910, afin de promouvoir son journal, Lord Rownsley, un magnat londonien de presse décide influencé par sa fille Patricia et Richard Mays son fiancé, pilote d’avion d’organiser la première grande course de l’aviation. Londres-Paris. 10 000 livres sterlings sont promises au vainqueur. Les concurrents ne tardent pas à s’inscrire: il en vient de toute la planète. Les concurrents les plus sérieux sont Richard Mays, l’américain Orvil Newton, l’italien comte Emilio Ponticelli, le français Pierre Dubois, le colonel de l’armée allemande Manfred von Holstein, et le japonais Yamamoto. plus de trente concurrents font des pieds et des mains pour remporter le prix. Parmi eux l’ignoble sir Percy-Armitage qui n’a pas l’intention de gagner à la loyale. Le sabotage étant son arme favorite…rueducine.com-ces-merveilleux-fous-volants-dans-leurs-droles-de-machines-poster

CRITIQUE : Difficile de ne pas comparer ce film du laborieux Ken Annakin à « La grande course autour du monde » du génial Blake Edwards. D’autant que ces deux films ont été tournés la même année, avec comme décor l’année 1910 et le début des exploits des machines (automobiles ou avions). Dans les deux films il s’agit aussi d’une course à étape avec un félon qui tente de s’accaparer du trophée par tous les mauvais moyens.
A part que chez Blake Edwards le félon (professeur Fatalitas) est le rôle principal du film. Alors que chez Ken Annakin et Jack Davies son scénariste, le méchant est relégué au rang des seconds rôles.
Les gags réussis chez Blake Edwards font pshitt dans ce film. Le film dure deux heures. Il faut attendre une bonne heure avant que la course ne commence, c’est trop long.
Le spectateur est déjà terrassé par l’ennui. Ron Goodwin nous sert une musique de fête foraine avec fanfare très peu digeste par dessus le marché.rueducine.com-ces-merveilleux-fous-volants-dans-leurs-droles-de-machines-poster

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Lors d’un entraînement l’avion allemand devient incontrôlable, une course poursuite entre les pompiers et l’avion a lieu. Malheureusement Ken Annakin l’étire en longueur jusqu’à épuisement de son imagination et de la bonne volonté du spectateur qui commence à trouver plus exaspérante que marrante cette scène sans fin.rueducine.com-ces-merveilleux-fous-volants-dans-leurs-droles-de-machines-poster (3)

NOTE : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : La plupart des aéroplanes montrés dans le film sont des répliques de modèles ayant existé.rueducine.com-ces-merveilleux-fous-volants-dans-leurs-droles-de-machines-poster

FILMS DE Ken Annakin DEJA COMMENTES :