rueducine.com-christopher-leeActeur britannique prolifique et polyglotte il parle anglais, allemand, français, italien, russe, espagnol, suédois, hébreu et grec. (plus de 225 films au compteur) mais paradoxalement assez peu de grands films voire de chef d’oeuvre parmi cette foultitude d’œuvres.
A ses débuts au cinéma à partir de 1946, il est handicapé par un physique qui sort des standards. Trop grand. Trop brun.
En 1957 il tourne  dans des films fantastiques qui trouveront un public. « Frankesnstein s’est échappé » avec l’acteur Peter Cushing puis en 1958 « Le cauchemar de Dracula« .rueducine.com-christopher-lee (6)

A 10 reprises Christopher Lee reprendra le personnage de Dracula dans des films plus ou moins artistiques et plus ou moins alimentaires.
Il devient un des piliers de la maison de production Hammer spécialisée dans le cinéma bis britannique. Il retrouvera Peter Cushing à plus de 20 reprises à travers la Hammer.

Ses dons pour les langues lui permettent de s’exporter notamment dans des productions italiennes et allemandes.

Christopher Lee se spécialisera par la suite dans les rôles de méchant. Notamment dans le triptyque des « Trois mousquetaires » de Richard Lester. On le retrouve la même année dans un des plus mauvais film de la saga James Bond « L’homme au pistolet d’or » de Guy Hamilton.rueducine.com-christopher-lee (5)

Mais Christopher Lee devient une icône qu’à partir des années 2000.
En 1999 Tim Burton fait appel à lui pour « Sleepy Hollow » et relance sa carrière dans des grosses productions.
Puis entre 2001 et 2003 il tourne le rôle du mage Saroumane dans la trilogie de Peter Jackson « Le seigneur des anneaux« .
Puis George Lucas l’emploiera dans ses pré-quels « L’attaque des clones » et « La revanche des Siths »
En 2011-2012 il retrouve Peter Jackson pour une nouvelle trilogie basée sur les écrits de J.R. Tolkien « Le hobbit« .rueducine.com-christopher-lee (4)

Jusqu’à son décès Christopher Lee recevra maints prix et récompenses de toutes parts et de tous pays.
Il sera anobli en 2001.