CLASSE OUVRIÈRE VA AU PARADIS (LA) (1971)

rueducine.com-la-classe-ouvriere-va-au-paradis
FILM DE : Elio Petri
TITRE ORIGINAL : La classe operaia va in paradiso
PAYS : ITALIE
GENRE : Comédie dramatique, politique
AVEC : Gian Maria Volontè, Mariangela Melato, Gino Pernice, Luigi Diberti, Salvo Randone, Donato Castellaneta, Giuseppe Fortis…
SCENARIO :
Ugo Pirro, Elio Petri
MUSIQUE : Ennio Morricone

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Banlieue de Milan début des années 1970, Lulù Massa est ouvrier à L’usine B.A.N. Tous les matins et tous les soirs lui et ses collègues sont accueillis par les syndicats étudiants qui les exhortent à cesser le travail et commencer la révolte ouvrière qui mènera à la révolution prolétarienne. Comme ces collègues il travaille à la pièce: chacun fabrique une pièce de son côté mais quelle que soit la quantité produite le salaire est le même. C’est un forcené du travail, son rendement est le meilleur de l’entreprise qui se base sur lui pour pousser les autres ouvriers à suivre la même cadence. Ces derniers détestent Lulù car à cause de lui, ils sont harcelés par la direction qui veut plus de productivité. De plus Lulù se vante de ses exploits de stakhanoviste. Son rendement facile: il pense à un cul chaque fois qu’il fabrique une pièce, plus il en fabrique et plus il imagine de culs! Mais chez lui il néglige sa femme et son fils car il rentre fatigué du boulot et s’endort devant la télé. Un jour harcelé par ses collègues alors qu’il manipule une pièce dans une machine il perd un doigt. C’est le prétexte que cherchait les syndicats ouvriers pour faire grève…

CRITIQUE : Avant toute chose il faut savoir que Elio Petri a été communiste, il a notamment collaboré comme critique de cinéma pour le quotidien du Parti communiste italien « L’unità ». Et si après 1956 il quitte le parti, il n’en reste pas moins un homme de gauche. Il en est de même pour Ugo Pirro scénariste de gauche et Gian Maria Volontè acteur proche du parti communiste qui au début des années 1970 a décidé de ne plus participer qu’à des films ayant un message engagé politiquement à gauche! Ceci étant dit préoccupons nous du film.
Il s’ouvre sur une musique martiale comme tout hymne communiste, mais aussi pour nous amener le spectateur à la préoccupation de la cadence de travail des ouvriers qui entrent dans leur usine. Ennio Morricone y introduit des bruits qui font penser aux bruits des machines outils des usines sur lesquels s’échinent ces hommes que l’on paye juste assez pour qu’ils puissent vivre et ne penser qu’à retourner le lendemain au boulot.
Elio Petri et son scénariste qui font un constat amer de la condition ouvrière en appellent-ils pour autant à la révolution prolétarienne? Non car celle-ci réclamée par les étudiants du film qui ne savent rien de la vie ouvrière, semble vouée à l’échec. Car à la question qui se pose « Comment fait-on sans une classe bourgeoise dirigeante? », les réponses ne se bousculent pas au portail de l’usine.
Elio Petri et Ugo Pirro semblent plus favorables à un syndicalisme profondément prolétarien mais qui négocie pied à pied les avancées sociales pour les ouvriers. En cela ils contredisent les « Brigades Rouges » qui sont des ouvriers qui ont basculé du côté des étudiants et finiront dans une lutte armée qu’ils ne sauront plus contrôler.
Elio Petri voudrait que les ouvriers aillent au paradis mais le fait de passer de la fabrication à la pièce à la fabrication à la chaîne est-ce le bon chemin? La folie guette les ouvriers le paradis serait-il l’asile de fous? Les questions semblent sans réponse. Elio Petri filme les ouvriers sur leur poste de travail et dans leur foyer comme peu de films l’ont fait. Beau réalisme.
Gian Maria Volontè en ouvrier tout d’abord stakhanoviste exalté qui après la perte de son doigt prend conscience que jamais la direction de l’usine ne fera quoique ce soit pour lui, alors qu’il est l’élément le plus « rentable », qui se révolte puis tombe en dépression est d’un expressionnisme ahurissant. Salvo Randone en ancien ouvrier frappé de folie douce est magistral.
Quant à la musique du maestro Ennio Morricone c’est une merveille.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Suite à son licenciement après une manifestation aux portes de l’usine Lulù que sa femme a quitté et qui se retrouve seul au milieu d’objets laids et inutiles tombe en dépression. Il finit par massacrer une poupée de son fils représentant Picsou. Du grand Gian Maria Volontè.

NOTE : 15/20

rueducine.com-palme-d-orL’ANECDOTE : Grande année pour Gian Maria Volontè qui voit au Festival de Cannes de 1972 deux des films où il a participé « L’affaire Mattei » de Francesco Rosi et « La classe ouvrière va au paradis » recevoir la palme d’or ex-æquo.

Il reçoit une mention spéciale (qui n’est pas le prix d’interprétation, donné cette année là à Jean Yanne pour le film « Nous ne vieillirons pas ensemble » de Maurice Pialat)

rueducine.com-davide-di-donatelloLe film reçoit le David di Donatello du meilleur film italien.rueducine.com-nastro-d-argento

Mariangela Melato et Salvo Randone reçoivent le Nastro d’Argento chacun dans sa catégorie.

 

FILMS DE Elio Petri DÉJÀ COMMENTÉS :