DANS LA PEAU D’UNE BLONDE (1991)

rueducine.com-dans-la-peau-d-une-blonde-1991FILM DE : Blake Edwards
TITRE ORIGINAL : Switch
PAYS : USA
GENRE : Comédie
AVEC : Ellen Barkin, Jimmy Smits, JoBeth Williams, Lorraine Bracco, Tony Roberts, Perry King, Bruce Payne, Catherine Keener…
MUSIQUE : Henry Mancini

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : New York début des années 1990, Steve publicitaire macho, est invité par trois de ses ex à une party. Ne pensant qu’à sa satisfaction sexuelle, il ne voit pas venir le piège. Arrivé, chez Margo le voici dans le jacuzzi avec ses trois ex qui après l’a voir détendu, le noient. Mais Steve à la peau dure, et Margo l’abat de trois balles. Dieu ne sait que faire de cet homme voué aux enfers. Si Steve retrouve une femme qui pense du bien de sa personne, alors le ciel lui sera grand ouvert. Mais le diable intervient et dit que Steve est bien capable de séduire à nouveau une fille naïve qui lui tressera une couronne de laurier. Afin d’éviter cela le diable transforme Steve en femme…

CRITIQUE : La comédie démarre sur les chapeaux de roues pendant une demi-heure, puis le film patine un brin, pour s’achever un peu mièvrement. Blake Edwards par sons sens du rythme permet au spectateur d’aller au bout du film.
Mais le clou du spectacle c’est l’interprète principale, j’ai nommé Ellen Barkin. L’actrice a connu un grand succès dans le film précédent « Mélodie pour un meurtre » (1989) polar de Harold Becker avec Al Pacino.
Ici elle démontre un qu’elle peut tenir un film sur ses épaules et qui plus est une comédie.
En général les grands rôles principaux de comédie sont masculins, ou bien un couple à part égale. Or elle tient l’affiche toute seule, Jimmy Smits étant relégué en second rôle. Il disparaît même du film un très long moment. Ellen Barkin a un abattage phénoménal et sublime ce personnage de macho qui se retrouve du jour au lendemain devenu femme.
Heureusement que Blake Edwards a eu le nez creux sur son casting car avec une interprète médiocre ou un peu juste le film n’aurait pas laissé un grand souvenir.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Mac le portier de l’immeuble de Steve est alerté par une voisine qui entend des hurlements de femme (mais pas les mêmes que d’habitude). Mac trouve une femme évanouie dans la salle de bain de Steve. A son réveil celle-ci comprend qu’elle n’est plus Steve. Ellen Barkin incroyablement comique.

NOTE : 13/20

L’ANECDOTE : Le film est un remake du film « Au revoir Charlie » de Vincente Minnelli avec Tony Curtis et Debbie Reynolds.

FILMS DE Blake Edwards DÉJÀ COMMENTES :