DIVO (IL) (2008)

rueducine.com-il-divo-2008FILM DE : Paolo Sorrentino
PAYS : ITALIE
GENRE : Biographie
AVEC : Toni Servillo, Anna Bonaiuto, Carlo Buccirosso, Flavio Bucci, Aldo Ralli, Massimo Popolizio, Pietra Degli Esposti, Giorgio Colangeli…
MUSIQUE : Teho Teardo

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Italie années 1990, Giulio Andreotti entame son septième mandat de Président du Conseil. Ce conservateur de la Démocratie Chrétiennne a autour de lui ses proches du parti. Tous seront emportés par plusieurs instructions judiciaires pour les faits suivants, détournements de fonds, pots de vin, collusion avec la mafia, assassinats. Pour Giulio Andreotti toute la violence des années de plomb (1970-1980) qu’a connue l’Italie glissent sur lui comme sur un imperméable. Seule la mort en 1978 d’Aldo Moro président du parti DC (Démocratie Chrétienne) et chef du courant progressiste assassiné par les Brigades Rouges, semble lui causer quelques tourments et maux de tête. Le général Dalla Chiesa assassiné en 1982 était en charge de l’enquête sur l’enlèvement d’Aldo Moro et avait remarqué que Francesco Cossiga ministre de l’intérieur et Giulio Andreotti Président du conseil pour son 4ème mandat, avaient refusé toute négociation puis temporisé lorsqu’il avait repéré la cache des Brigades Rouges empêchant toute intervention. Le résultat fut l’assassinat d’Aldo Moro. Même lors de son procès de collusion avec la mafia et assassinat du journaliste Mino Peccorelli les accusations ne l’ébranleront pas ni le verdict de 24 ans d’emprisonnement qui sera cassé quelques mois plus tard. Seule sa relation avec dieu et la poursuite de sa mission divine semble lui importer.

CRITIQUE : Avis à ceux qui ne s’intéressent pas à la politique et ses turpitudes et encore moins à celle de l’Italie: Passez votre chemin! Ce film est fait avant tout pour les italiens qui peuvent maîtriser la foison de personnages présents ou évoqués dans le film. De plus le montage alambiqué n’arrange rien à la compréhension et la mise en perspective des événements.
La chronologie est difficile à maîtriser car on voit le Andreotti du septième et dernier mandat en tant que Président du Conseil. Mais certains faits et surtout les faits violents d’assassinats, d’attentats, et de suicides divers et variés traversent les trente années de présence de Giulio Andreotti au pouvoir et sont mis bout à bout.
Toni Servillo nous sert un Giulio Andreotti fidèle au modèle dans sa démarche et son phrasé.
Film important mais qui ne dissèque pas soit l’incroyable inconscience de vote des italiens, soit la confiscation du pouvoir par un système politico-mafieux.
La réalisation utilise certains artifices clinquants de ralentis et de musique techno ou classique. Mais ça passe bien.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCENE D’ANTHOLOGIE : Lorsqu’au Président de la République il désire lui dire un secret : sa passion amoureuse pour Mary Gassman soeur de Vittorio qui anéantit toute possibilité pour quiconque de comprendre ce personnage énigmatique.

NOTE : 14/20

L’ANECDOTE : Troisième collaboration entre le réalisateur Paolo Sorrentino et son acteur Toni Servillo. Le film reçoit le prix du jury à Cannes.

Voir blog Comedie Italienne

FILMS DE Paolo Sorrentino DEJA COMENTES :