ESCLAVE DU PÉCHÉ (L’) (1954)

rueducine.com-l-esclave-du-peche-1954FILM DE : Raffaello Matarazzo
TITRE ORIGINAL : La schiava del peccato
PAYS : ITALIE, ESPAGNE
GENRE : Drame
AVEC : Silvana Pampanini, Franco Fabrizi, Marcello Mastroianni, Camilo Pilotto, Liliana Gerace, Olinto Cristina, Dina Perbellini, Paul Muller…
MUSIQUE : Renzo Rosselini

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Années 1950, Mara une jeune prostituée voyage en train avec un couple d’étranger et leur fillette. Mais une terrible collision avec un train de marchandises tue les parents. Mara prend avec elle la petite. Elle voudrait l’adopter mais sa condition sociale l’en empêche. Elle place la fille dans un orphelinat tenu par des religieuses, et décide de quitter sa vie actuelle quitte à gagner moins d’argent et travailler dans des conditions épuisantes. Elle se défait aussi de Carlo un genre de maquereau de petite envergure. Mara a bien du mal a trouver un travail car la police des mœurs continue à la suivre à la trace. Elle fait appel au commissaire de police qui l’a aidé à placer la fillette en pensionnat. Celui-ci lui trouve un travail dans une usine. Mais le passé de Mara surgit en la personne de Giulio son premier amour. Ce dernier est persuadé que la fille que Mara  possède est sa fille…

CRITIQUE : La surprise de ce mélodrame de Raffaello Matarazzo est que son actrice principale Silvana Pampanini tient le film sur ses épaules et fermement. On aurait pu croire que Silvana Pampanini, remarquée lors d’un miss Italie en 1946, que son talent apparaissait lorsqu’elle portait le bikini… Nenni!
Voici une bonne actrice à l’aise dans le mélo comme dans la comédie. Le film de Raffaello Matarazzo se laisse voir et l’histoire de cette femme qui veut échapper à sa condition de prostituée et les difficultés qu’elle rencontre et qui la font renoncer à son désir d’enfant est assez poignante pour intéresser le spectateur.
Parfois le film sombre un peu dans le larmoyant surtout à la fin, mais la réalisation est à ce moment suffisamment délicate pour ne pas trop en rajouter dans les effets.
Autre curiosité on voit Marcello Mastroianni qui tient un second rôle. Il n’est pas encore le grand Marcello Mastroianni, mais il fait son métier, acceptant les rôles lui permettant d’imposer son nom au fur et à mesure des années.
Deux années plus tard avec « Le Bigame » (« Il bigamo« ) de Luciano Emmer il deviendra indispensable au cinéma italien puis international.

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : Le retour de Carlo après des mois. Celui-ci veut la remettre au turbin pour éponger un riche paysan. Belle scène sur l’ignominie humaine incarnée par un Franco Fabrizi visqueux à souhait.

NOTE : 13/20

L’ANECDOTE : Silvana Pampanini n’aura pas eu une très longue carrière. Remarquée à la fin de la guerre en 1946 Il lui reste en cette année 1954 quatre années de règne sur les plateaux de Cinecittà. Une déferlante nommée Sophia Loren est déjà en train de tout bouleverser.

FILMS DE Rafaello Matarazzo DÉJÀ COMMENTÉS :