FEMME EN CIMENT (LA) (1968)

rueducine.com-la-femme-en-ciment-1968FILM DE : Gordon Douglas
TITRE ORIGINAL : Lady in cement
PAYS : USA
GENRE : Policier
AVEC : Frank Sinatra, Raquel Welch, Richard Conte, Martin Gabel, Pat Henry, Dan Blocker, Lainie Kazan…
SCÉNARIO : Marvin H. Albert, Jack Guss
MUSIQUE : Hugo Montenegro

Pour plus de détails voir IMDB

SYNOPSIS : Au large de Miami années 1960, avec un pote, Tony Rome fait de la plongée pour rechercher des galions espagnols. Quand Tony Rome tombe nez-à-nez avec une femme blonde et totalement nue, noyée. Détail pittoresque : elle a les pieds pris dans le ciment. Tony Rome remonte et préviens la police de sa macabre découverte. Quand il rentre au port, son voisin de quai qui lui sert aussi de boite à lettres lui dit qu’un homme le recherche…rueducine.com-la-femme-en-ciment-photo

CRITIQUE : La décontraction ça a du bon, il faut être cool; mais quand ça frise le je-m’en-foutisme, c’est déjà moins sympa. Le problème réside dans cette décontraction débridée et incontrôlée.
Frank Sinatra est vraiment trop démonstrativement cool dans ce rôle de détective privé. Cela sent le cabotinage à plein nez de la part de la vedette. Mais il n’y a pas que lui. C’est surtout lui que l’on voit à l’image, cependant le scénario est aussi un peu trop coulant et frise parfois la fainéantise. L’humour du film tombe généralement à plat, il réside en des commentaires de la part de Tony Rome qui sont plutôt peu inspirés. Quelques gags de situation basés surtout sur la taille (modeste) du détective.
Et je ne parle pas de la réalisation de Gordon Douglas qui elle est carrément pantouflarde.
Les séquences s’enchaînent un peu mécaniquement, l’histoire est plate, les rebondissements ne surprennent pas grand monde, et au final les enjeux de l’enquête ne méritaient pas que l’on s’intéresse à ce film tellement la banalité l’emporte sur le reste. Les perles s’enfilent à une belle cadence mais au final le collier ne vaut pas tripette.
Raquel Welch promène sa plastique et sa choucroute sur la tête, avec un minimum de conviction. Comme femme fatale nous avons connu beaucoup mieux.
La musique de Hugo Montenegro frise la parodie pour ce genre de films. rueducine.com-la-femme-en-ciment-photo (2)

Lire plus de critiques sur SensCritique

LA SCÈNE D’ANTHOLOGIE : La première rencontre entre Tony Rome et son futur client Waldo Gronski énorme armoire à glace qui le saisit par le col et l’assied sur le comptoir de son bar.rueducine.com-la-femme-en-ciment-photo (6)

NOTE : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

L’ANECDOTE : Second film des aventures du détective de Miami Tony Rome. Gordon Douglas et Frank Sinatra ont enchaîné trois films en deux ans. « Tony Rome est dangereux » (1967) « Le détective » (1968) qui n’a pas pour héros Tony Rome mais Joe Leland, privé à New York et donc « La femme en ciment » (1968).rueducine.com-la-femme-en-ciment-poster

FILMS DE Gordon Douglas DÉJÀ COMMENTÉS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *